Validité du testament international écrit dans une langue qui n'est pas comprise par le testateur

Validité du testament international écrit dans une langue qui n'est pas comprise par le testateur

Publié le : 08/04/2022 08 avril avr. 04 2022

Parmi les différentes formes de testaments admises par le droit français, figure le testament international introduit par la Convention de Washington du 26 octobre 1973, recevable en France depuis le 1er décembre 1994. 
Cet acte, qui peut être rédigé dans une langue étrangère, en plus de pouvoir être écrit de manière dactylographiée ou de la main du testateur, a vocation à être valable juridiquement, quels que soient le lieu où il a été établi, la situation des biens, la nationalité, le domicile ou la résidence du testateur. 

Pour autant, comme le rappelle la Cour de cassation dans un arrêt du 2 mars dernier, une condition fondamentale pèse sur le formalisme attaché au testament international : celle d’être rédigé dans une langue comprise par le testateur, sans recours à un interprète. 


Dans cette affaire, une femme de nationalité italienne décède en laissant pour héritiers quatre enfants, ainsi qu’un petit-fils venant par représentation de sa mère, pré-décédée. Lors de l’organisation de sa succession, un testament a été reçu en français par un notaire, en présence de deux témoins parlant uniquement la langue française, et avec le concours d’une interprète de langue italienne, compte tenu du fait que la défunte ne maîtrisait que la langue italienne.

L’acte désigne les enfants de la défunte comme légataires de la quotité disponible, et le petit-fils de la défunte les assigne alors en nullité du testament, au motif que ce dernier était écrit dans une langue non comprise par sa grand-mère. Le notaire qui a recueilli l’acte est appelé en intervention forcée. 

Devant la Cour d’appel, la demande du petit-fils est rejetée et le testament est validé par les juges du fond qui retiennent que, bien que la défunte était en mesure de ne s’exprimer qu’en italien, l'acte avait été rédigé dans sa totalité par le notaire sous la dictée de la testatrice, assistée de l'interprète, et que l’officier public et ministériel avait lu l’acte à la testatrice, laquelle avait déclaré le comprendre et reconnu qu'il exprimait ses volontés.

Le litige est alors porté devant la Cour de cassation, qui au préalable rappelle les articles 3, § 3, et 4, § 1, de la loi uniforme sur la forme d’un testament international annexée à la convention de Washington du 26 octobre 1973, lesquels fondent sa décision. 
Aux termes du premier texte, « le testament international peut être écrit en une langue quelconque à la main ou par un autre procédé », tandis que la seconde disposition prévoit que « le testateur déclare en présence de deux témoins et d’une personne habilitée à instrumenter à cet effet que le document est son testament et qu’il en connaît le contenu ».

Ainsi, la Haute juridiction sanctionne la décision de la juridiction d’appel pour violation de ces dispositions et prend un attendu non équivoque, lequel édicte que : « S’il résulte de ces textes qu’un testament international peut être écrit en une langue quelconque afin de faciliter l’expression de la volonté de son auteur, celui-ci ne peut l’être en une langue que le testateur ne comprend pas, même avec l’aide d’un interprète ». 

En l’espèce, les dernières volontés posées sur le testament de la testatrice résultent d’une retranscription réalisée par l’interprète, qui malgré une écoute et une reconnaissance de sa part de son contenu, n’était pas en mesure de relire et comprendre l’acte, en l’absence de tout intermédiaire. 

Cette décision revêt un caractère pratique, en ce qu’elle précise les contours relatifs à l’admission par la loi d’un testament international dans une langue étrangère et non rédigé de la main du testateur, en ajoutant pour condition que, quelle que soit la langue utilisée, celle-ci doit être avant tout être comprise par la personne qui dicte ses dernières volontés, et ce sans assistance. 


VICTOIRES Notaires

Référence de l’arrêt : Cass. civ 1ère 2 mars 2022 n°20-21.068

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>

Suggestion d'articles

Les conséquences du cumul d’infractions routières simultanées

Publié le : 06/12/2022 06 décembre déc. 12 2022
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Pénal
Les conséquences du cumul d’infractions routières simultanées
...

La légitime défense en droit pénal

Publié le : 05/12/2022 05 décembre déc. 12 2022
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Pénal
La légitime défense en droit pénal
...

Vente immobilière et conditions suspensives

Publié le : 02/12/2022 02 décembre déc. 12 2022
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Immobilier
Vente immobilière et conditions suspensives
...
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK