Caducité de la déclaration d'appel non signifiée dans le délai de 10 jours et droit d'accès au juge

Caducité de la déclaration d'appel non signifiée dans le délai de 10 jours et droit d'accès au juge

Publié le : 12/01/2022 12 janvier janv. 01 2022

La procédure d’appel à bref délai concerne des cas limitatifs, interjetée régulièrement à l’encontre des ordonnances du juge de la mise en état, des ordonnances de référé, des jugements rendus dans le cadre d’une procédure accélérée au fond, etc. 
L’article 905-1 du Code de procédure civile fixe les modalités relatives à la déclaration d’appel pour les affaires fixées à bref délai, enjoignant le respect de deux conditions : 
 
  • La signification par l’appelant de la déclaration d'appel dans les dix jours qui suivent la réception de l'avis de fixation qui lui est adressé par le greffe ;
  • L’acte de signification doit indiquer à l’intimé que faute de constituer avocat dans un délai de 15 jours, il s’expose à ce qu’un arrêt soit rendu contre lui sur le fondement des seuls éléments fournis par son adversaire et que, faute de conclure dans le délai d'un mois à compter de la notification des conclusions de l'appelant, il s'expose à ce que ses écritures soient déclarées d'office irrecevables. 

Là où le non-respect de la première condition entraîne la caducité de la déclaration d’appel pouvant être relevée d’office par le président de la chambre ou le magistrat désigné par le premier président, la seconde a pour conséquence la nullité de forme de l’acte, sous peine de prouver l’existence d’un grief. 

Ce cadre précis qui régit la procédure à bref délai satisfait l’exigence d’une bonne administration de la justice, comme l'a récemment rappelé la Cour de cassation. 

En l’espèce, un justiciable interjette appel le 25 mars 2019 d’une ordonnance du président d’un tribunal d’instance et l’affaire est fixée à bref délai par une décision du 1er avril 2019. Ce même jour, l’appelant est avisé par le greffe de l’avis de fixation, lequel signifie la déclaration d’appel de manière tardive aux intimés, soit le 30 avril 2019. 

Saisi par les intimés dont l’avocat a transmis ses conclusions dans les temps, le président de la chambre constate la caducité de la déclaration d’appel.

La Cour d’appel de Lyon confirme la caducité et l’appelant se pourvoit en cassation, soulevant comme prétention que le délai fixé par l’article 905-1 du Code de procédure civile est insuffisant et trop court, et le prive définitivement de son droit de former un appel constituant une atteinte disproportionnée au droit d’accès au juge au sens de l’article 6§1 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales. 

La Haute juridiction rejette cependant le pourvoi et rappelle que le droit d’accès aux tribunaux n’est pas absolu :

« Le délai de dix jours pour signifier la déclaration d’appel à l’intimé afin qu’il constitue avocat, prévu par l’article 905-1 du code de procédure civile, dont le point de départ est la réception de l’avis de fixation adressé aux parties, est destiné à permettre de juger certaines affaires à bref délai. Il garantit, dans les limites de cette exigence de célérité liée à la nature de l’affaire, de s’assurer que l’intimé, qui n’a pas encore constitué avocat, soit appelé, et mis en mesure de préparer sa défense. Il n’est donc ni imprévisible ni insuffisant. »

De par sa nature, le droit d’accès aux tribunaux appelle à une réglementation des États, et peut donner lieu à des limitations implicitement admises. Celles-ci peuvent varier « dans le temps et dans l’espace en fonction des besoins et des ressources de la communauté et des individus ». 
Tant que ces limitations poursuivent un but légitime et s’il existe un rapport raisonnable de proportionnalité entre les moyens employés et le but visé, elles se concilient avec l’article 6§1 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales. 

Pour la Cour de cassation, les dispositions de l’article 905-1 du Code de procédure civile contestées par le demandeur au pourvoi « ne restreignent pas l’accès au juge d’appel d’une manière ou à un point tel que le droit s’en trouve atteint dans sa substance même », et ce pour deux raisons :
 
  • Le but légitime poursuivi est celui d’une bonne administration de la justice, puisque les procédures qui présentent un caractère d’urgence doivent être organisées dans un cadre permettant d’assurer qu’une décision soit rendue à bref délai ;
  • Le rapport de proportionnalité entre les moyens et le but visé résident en ce que l’appelant (par l’intermédiaire de son avocat) doit se montrer vigilant concernant l’accomplissement des différents actes de la procédure, en respectant notamment l’obligation mise à sa charge de signifier la déclaration d’appel à l’intimé dans ce délai de dix jours.


Bien qu’elle soit justement argumentée (prise en vertu du principe de sécurité juridique), et justifiée selon l’argument de « célérité », cette décision peut être critiquée en ce qu’elle fait fi de la réalité où, contre un délai court de 10 jours pour la signification de l’acte d’appel, aucun délai n’encadre l’avis de fixation : point de départ du délai de signification, lequel peut intervenir sous quelques jours après l’inscription d’appel, voire plusieurs mois plus tard. Autre problème significatif, lorsque l’avis est remis sur une période d’indisponibilité de l’appelant ou de son avocat, par exemple en période de congés, comme cela arrive trop souvent. 


AFG Avocats

Référence de l’arrêt : Cass. civ 2ème 9 septembre 2021 n°19-25.187

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>

Suggestion d'articles

Tout savoir concernant l'exercice de l'autorité parentale

Publié le : 18/01/2022 18 janvier janv. 01 2022
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Civil
Tout savoir concernant l'exercice de l'autorité parentale
...

CDD successifs d’un salarié : Requalification en CDI si l’emploi occupé correspond à l’activité normale et permanente de l’entreprise

Publié le : 18/01/2022 18 janvier janv. 01 2022
Articles / Social
CDD successifs d’un salarié : Requalification en CDI si l’emploi occupé correspond à l’activité normale et permanente de l’entreprise
...

La clause de dédit-formation

Publié le : 17/01/2022 17 janvier janv. 01 2022
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Social
La clause de dédit-formation
...
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK