LE MAG'JURIDIQUE
Cession du bail rural : l’exigence de bonne foi s’apprécie sur toute la durée du bail

Cession du bail rural : l’exigence de bonne foi s’apprécie sur toute la durée du bail

Publié le : 22/10/2019 22 octobre Oct. 2019
Le Code rural et de la pêche maritime érige en principe, d’ordre public, l’interdiction de cession du bail rural (article L 411-35).

Toutefois, ce principe souffre d’une exception s’agissant de la cession du bail dans un cadre familial.

Une telle cession ne peut s’opérer, après accord du bailleur, qu’à destination du conjoint ou partenaire de PACS participant à l’exploitation, ainsi qu’à destination des descendants majeurs ou émancipés.

En cas de refus du bailleur, le preneur peut alors saisir le Tribunal paritaire des baux ruraux, qui fait de sa bonne foi une condition essentielle pour accéder à sa demande.

C’est ainsi que le juge rejette la demande d’un preneur ayant manqué aux obligations nées du contrat de bail, comme le défaut de paiement des fermages (Cass. civ 3ème 3 décembre 2015 n°14-23.207), ou la demande d’un preneur dont le conjoint repreneur ne participait pas effectivement à l’exploitation (Cass. civ 3ème 7 février 2019 n°17-23.113).

La Cour de Cassation est intransigeante en la matière et a réitéré sa position au fil de sa jurisprudence et notamment dans son arrêt rendu le 11 juillet 2019.

En l’espèce, le preneur d’un bail rural se voit donner congé en raison de son âge et saisit alors le Tribunal paritaire des baux ruraux afin d’obtenir l’autorisation de céder le bail à son fils.

Le bailleur soulève alors l’absence de bonne foi, de son locataire, caractérisée par des fautes commises quinze ans plus tôt, résultant d’un défaut d’entretien d’une parcelle et de l’arrachage de quatre hectares de vignes sans autorisation.

La Cour d’appel d’Orléans autorise la cession, estimant qu’au moment de la demande ces fautes ne s’étaient pas prolongées et ne causaient plus de griefs au bailleur, de sorte que l’absence de bonne foi du preneur ne saurait être caractérisée.

La Cour de Cassation casse et annule l’arrêt en retenant que le preneur qui ne s’est pas constamment acquitté de toutes les obligations nées du bail ne peut bénéficier de la faculté exceptionnelle de le céder.

La Haute juridiction estime ainsi que l’exigence de bonne foi du preneur s’apprécie sur toute la durée des relations avec son bailleur. Le comportement vertueux du preneur postérieurement à ses fautes, même sur une période étendue, ne saurait donc effacer les manquements commis.

Référence de l'arrêt : Cass. civ 3ème 11 juillet 2019 n°18-14.783

GDR AVOCATS

Historique

<< < ... 7 8 9 10 11 12 13 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.