LE MAG'JURIDIQUE
Comment contribuer?
L’indemnité d’éviction due pour un licenciement nul : dernières précisions

L’indemnité d’éviction due pour un licenciement nul : dernières précisions

Publié le : 09/03/2021 09 mars mars 03 2021

Le licenciement prononcé en méconnaissance des règles relatives à la période de protection du salarié dont le contrat de travail est suspendu du fait d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle ouvre droit à sa réintégration, en plus du versement d’une indemnité d’éviction. 

Il s’agit là d’une règle acquise, mais la Cour de cassation est cependant venue récemment préciser les sommes devant être prises en compte pour le calcul d’une telle indemnité. 

Pour rappel, l’article L 1226-9 du Code du travail prévoit que « au cours des périodes de suspension du contrat de travail, l'employeur ne peut rompre ce dernier que s'il justifie soit d'une faute grave de l'intéressé, soit de son impossibilité de maintenir ce contrat pour un motif étranger à l'accident ou à la maladie ». 
D’autre part l’article L 1226-13 du même Code prévoit quant à lui que le licenciement prononcé en violation des règles précédentes est nul et qu'une indemnité d’éviction est due. Cette indemnité couvre la période entre le licenciement et la réintégration du salarié. 

Dans l’arrêt en question, une salariée victime d’un accident du travail est placée en arrêt, période pendant laquelle son employeur la licencie pour faute grave. Mesure qu’elle conteste. 

Le licenciement est jugé nul par la Cour d’appel saisie des griefs et la salariée est réintégrée. Cependant elle saisit à nouveau la juridiction prud’homale, pour que lui soit versée la totalité l’indemnité réparant le préjudice subi, du fait de la perte de salaire durant la période d’éviction à son poste. 
En effet, pour le calcul de l’indemnité d’éviction son employeur a pris pour base le dernier salaire qu’elle a perçu, mais ce dernier correspondait aux sommes versées sur sa période de mi-temps thérapeutique, soit 720,73 euros nets par mois, au lieu de 1 791,60 euros nets par mois. 

Différence d’appréciation qui n’est pas minime. 

La Cour d’appel valide le mode de calcul de l’employeur au motif que « l’indemnité due au salarié licencié pendant la période de suspension de son contrat de travail à la suite d’un accident du travail est égale au montant de la rémunération qu’il aurait dû percevoir entre son éviction de l’entreprise et sa réintégration, calculée à partir du salaire brut qu’il percevait avant l’accident du travail ».

Une solution qui ne convainc pas la Cour de cassation.

Rappelant une jurisprudence déjà établie selon laquelle « le salarié dont le licenciement est nul en application de ces dispositions, et qui demande sa réintégration a droit au paiement d’une somme correspondant à la réparation de la totalité du préjudice subi au cours de la période qui s’est écoulée entre son licenciement et sa réintégration, dans la limite du montant des salaires dont il a été privé » (Cass. soc 16 octobre 2019 n° 17-31.624), la Cour en conclut que « le salaire à prendre en compte pour le calcul de l’indemnité était le salaire qu’aurait perçu la salariée si elle avait continué à travailler, pendant la période s’étant écoulée entre son licenciement et sa réintégration, au poste qu’elle occupait avant la suspension du contrat de travail provoquée par l’accident du travail ». 

La Cour met ainsi fin à toute tergiversation concernant l’assiette de calcul de l’indemnité d’éviction : c’est le salaire mensuel brut que le salarié percevait avant la suspension de son contrat du fait de la survenance de l’accident du travail, qui doit être pris en compte. 


Cabinet DUFLOS SOMONET

Référence de l’arrêt : Cass. soc 9 décembre 2020 n°19-16.448
 

Historique

<< < ... 44 45 46 47 48 49 50 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.