Procédure collective : focus sur les différentes sanctions encourues par le dirigeant

Procédure collective : focus sur les différentes sanctions encourues par le dirigeant

Publié le : 31/03/2021 31 mars mars 03 2021

En matière de droit des procédures collectives, pendant longtemps la législation impliquait des sanctions automatiques pour l’entrepreneur en faillite, indépendamment du fait qu’il soit fautif ou non. 
C’est par une loi du 13 juillet 1967 (n°67-563) qu’a été introduite la distinction entre le sort du débiteur et celui de l’entreprise. 


Préalablement à toute étude des sanctions, il convient de revenir sur la notion de « faute », élément déterminant pour engager la responsabilité du dirigeant. 
En effet, seul le fait pour le dirigeant d’avoir eu des comportements ayant conduit à la cessation des paiements et l’ouverture de la procédure collective peut engager sa responsabilité, et donc entraîner des sanctions. On parle couramment de « faute de gestion ». 

Les règles qui régissent la responsabilité du dirigeant dans le cadre d’une procédure collective mettent en évidence trois principales sanctions. 

Le comblement de passif pour insuffisance d’actif

Ce type de sanction a pour conséquence d’engager le patrimoine du dirigeant pour pallier une faute de gestion de sa part, ayant entraîné l’aggravation de l’insuffisance d’actif. 
Un tel mécanisme est prévu à l’article L 651-2 alinéa 1 du Code de commerce :  « Lorsque la liquidation judiciaire d'une personne morale fait apparaître une insuffisance d'actif, le tribunal peut, en cas de faute de gestion ayant contribué à cette insuffisance d'actif, décider que le montant de cette insuffisance d'actif sera supporté, en tout ou en partie, par tous les dirigeants de droit ou de fait, ou par certains d'entre eux, ayant contribué à la faute de gestion ». 
Cette action doit être engagée par le liquidateur intervenant à la procédure qui doit obligatoirement apporter la preuve de l’existence d’une faute de gestion, ainsi que son lien de causalité avec l’augmentation de l’insuffisance d’actif
Bien qu’il n’existe pas de liste exhaustive, les Tribunaux retiennent régulièrement à ce titre : 
 
  • Une déclaration tardive de la cessation des paiements (Cass. com 30/11/1993 n°91-20.554)
  • Une imprudence dans la gestion du patrimoine de la société (Cass. com 25/11/2008 n°07-11.549) ; 
  • Une rémunération abusive (Cass. com 31/05/2016 n°14-24.779) ;  
  • Le fait pour le dirigeant de se désintéresser des affaires de la société en s’abstenant de sa gestion (Cass. com 07/10/2020 n°19-14.291)

Une distinction est toutefois faite avec la seule négligence du dirigeant par la loi du 9 décembre 2016 (n° 2016-1691) qui prévoit qu’« en cas de simple négligence du dirigeant de droit ou de fait dans la gestion de la société, sa responsabilité au titre de l’insuffisance d’actif ne peut être engagée».

En cas de condamnation, le dirigeant devra verser aux créanciers, la somme permettant de combler tout ou partie de l’insuffisance d’actif.

La faillite personnelle et l’interdiction de gestion 

Cette sanction vise à interdire au dirigeant fautif et ayant fait l’objet d’une procédure collective, de gérer, de diriger, d’administrer ou d’avoir le contrôle total ou partiel, d’une entreprise. 

Cette sanction est prévue par l’article L 653-4 du Code de commerce qui liste les fautes susceptibles d’entraîner une telle sanction : 
 
  • Avoir disposé des biens de la société comme s’il s’agissait de biens propres (Cass. com 08/01/2020 n°18-17.039) ; 
  • Avoir effectué, sous couvert de la société et en masquant ses agissements, des actes de commerce dans un intérêt personnel ; 
  • Avoir utilisé les biens ou crédits de la société pour un usage contraire à l’intérêt de cette dernière et à des fins personnelles afin de favoriser une autre entreprise (Cass. com 21/10/2020 n°19-14.138)
  • Avoir poursuivi de manière abusive et dans un intérêt personnel, une exploitation déficitaire qui ne pouvait que conduire à la cessation des paiements (Cass. com 17/06/2020 n°18-23.088) ; 
  • Avoir détourné ou dissimulé tout ou partie de l’actif ou avoir frauduleusement augmenté le passif de la société ; 

Le Tribunal peut fixer cette interdiction pour une durée de quinze ans et de l’assortir d’une interdiction d’exercer une fonction publique élective pour une durée de cinq ans. 

Le délit de banqueroute

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une sanction pénale où le dirigeant encourt une peine maximale de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende

L’article L 654-2 du Code de commerce régit cette sanction lorsque les faits suivants commis par le dirigeant peuvent être prouvés : 
 
  • Avoir effectuer des achats en vue d’une revente au-dessous du cours ou employé des moyens ruineux pour se procurer des fonds pour éviter ou retarder l’ouverture de la procédure de redressement ou de liquidation judiciaire (Cass. crim 12/03/1998 n°96-85.739); 
  • Avoir détourné ou dissimulé une partie ou la totalité de l’actif (Cass. crim 05/08/1998 n°97-84.431);
  • Avoir augmenté le passif de manière frauduleuse (Cass. crim 13/03/2002 n°01-82.868); 
  • Avoir tenu une comptabilité fictive ou fait disparaître des documents comptables ou s'être abstenu de tenir toute comptabilité lorsque des textes l’obligeaient (Cass. crim 06/12/1993 n°93-81.475) ;
  • Avoir tenu une comptabilité manifestement incomplète ou irrégulière (Cass. crim 17/11/2004 n°03-82.657);


Mascaras - Cérésiani - Les Avocats Associés

Historique

<< < ... 30 31 32 33 34 35 36 ... > >>

Suggestion d'articles

[PARTIE 3] Les principales clauses d'aménagement des régimes matrimoniaux - La clause de mise en communauté

Publié le : 20/10/2021 20 octobre oct. 10 2021
Legal Design
Legal design La clause de mise en communauté
...

Licéité d'une clause de non-sollicitation : dernières précisions jurisprudentielles

Publié le : 20/10/2021 20 octobre oct. 10 2021
Articles / Commercial
Licéité d'une clause de non-sollicitation : dernières précisions jurisprudentielles
...

Le référé probatoire, une arme redoutable en matière de stagnation professionnelle

Publié le : 19/10/2021 19 octobre oct. 10 2021
Articles / Social
Le référé probatoire, une arme redoutable en matière de stagnation professionnelle
...
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK