LE MAG'JURIDIQUE
Comment contribuer?
Quel sort pour la pension alimentaire du conjoint survivant déshérité

Quel sort pour la pension alimentaire du conjoint survivant déshérité

Publié le : 24/06/2019 24 juin juin 06 2019

Lors du décès d’un des époux, et dans le cadre de la succession, le Code civil (article 767), prévoit que l’actif successoral doit verser une pension au conjoint survivant, lorsque celui-ci est dans le besoin.

Qu’arrive-t-il cependant lorsque l’époux survivant a été déshérité et que l’état de la succession est composé de biens en partie non mobilisables ?

C’est la question qu’a dû trancher la Cour de cassation le 30 janvier dernier.
Alors qu’un époux décède, il déshérite par testament olographe sa femme, au profit de ses deux frères qu’il désigne comme légataires universels.
Dans le délai d’un mois prescrit par les dispositions, la conjointe survivante assigne les deux légataires pour la fixation d’une créance alimentaire à la charge de la succession, mais se voit déboutée par la Cour d’appel de Douai.  
En effet, les juges de seconde instance viennent constater la réelle situation de besoin de la veuve, tout comme la nature bénéficiaire de la succession. Mais ils établissent comme constat que l’actif successoral est pour la majeure partie composé de biens indivis, notamment d’un immeuble dont l’un des beaux-frères a la jouissance et y loge sa famille. La Cour en déduit qu’il s’agit de biens non mobilisables, rendant ainsi la succession et ses fonds, insuffisants pour permettre l’octroi d’une pension alimentaire.

La Haute Juridiction a cependant rapidement fait de casser le rejet fait par la Cour d’appel, au motif qu’elle ne fait pas une application stricte de l’article 767 du Code civil en ajoutant une condition à cette disposition, celle de faire reposer l’attribution de la pension alimentaire sur le caractère liquide de la succession.

Par sa décision, la première chambre civile de la Cour de cassation rappelle que, peu importe la nature de l’actif successoral, le conjoint même déshérité dont la situation nécessite une créance alimentaire, est en mesure de l’obtenir de la succession, tant que cette dernière est bénéficiaire.

Référence de l’arrêt : Cass. civ 1ère 30 janvier 2019 n°18-13.526

Verbateam Avocats

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.