Le décès du titulaire d'un PEA ne vaut pas ordre de vente des titres par le conjoint sauf si les époux sont mariés sous le régime de la communauté universelle

Le décès du titulaire d'un PEA ne vaut pas ordre de vente des titres par le conjoint sauf si les époux sont mariés sous le régime de la communauté universelle

Publié le : 10/12/2020 10 décembre déc. 12 2020

Le PEA (plan d’épargne en actions) est un produit d’épargne permettant l’achat et la gestion d’un portefeuille d’actions d’entreprises européennes. Cette solution présente des avantages en matière fiscale, mais comme tous les produits d’épargne, sa transmission lors d’un décès peut être source de problématiques. 


En novembre dernier, le médiateur de l’autorité des marchés financiers saisi d’un différend a rendu une recommandation concernant la transmission des titres d’un PEA au conjoint survivant. 

Dans les faits, le titulaire d’un PEA marié sous le régime de la communauté avec clause d’attribution intégrale a demandé à son épouse, juste avant son décès, de vendre l’intégralité des actions possédées via ce mécanisme d’épargne. 
Postérieurement au décès, l’épouse s’exécute et contacte la banque pour passer un ordre de vente, lequel n’est pas exécuté. 
À la suite à de nombreuses relances de l’épouse la banque lui demande la transmission des documents successoraux. 

Une fois les documents en question remis, il s’avère que le retard a eu pour effet de faire baisser la valeur des titres du PEA compte tenu notamment de l’épidémie de covid-19, dévalorisation pour laquelle la banque propose un geste commercial de 3000 euros. 
L’épouse conteste la situation devant le médiateur, estimant que la perte de valeur est supérieure à l’indemnisation proposée, vu la valeur des titres à la date initiale de la demande de cession. 

Pour justifier son défaut d’exécution, la banque fait falloir qu’un PEA ne peut pas être transmis au bénéficiaire désigné lors du décès du titulaire, mais que la réglementation exige qu’il soit clôturé. À ce titre, les documents successoraux ont été demandés pour transférer les titres vers le compte de succession. 

Lors des échanges avec les parties, le médiateur a alors attiré l’attention de la banque sur le régime matrimonial des époux, à savoir celui de la communauté universelle avec attribution intégrale. Ce contrat de mariage a pour l’effet le transfert de l’intégralité du patrimoine au conjoint survivant, sans qu’une succession soit nécessairement ouverte. 
En effet, d’une part le régime de la communauté universelle a pour conséquence de mettre en commun l’ensemble des biens des époux, et d’autre part, la clause d’attribution intégrale permet d’attribuer la totalité du patrimoine conjugal au conjoint survivant. 

Ces éléments ont finalement été pris en compte par la banque qui a reconnu que l’ouverture d’une succession n’aurait pas dû avoir lieu, et a ainsi accordé à l’épouse la prise en compte de la valeur des titres au jour de la demande initiale. 

L’importance de cette recommandation tient dans la précision qu’en l’absence d’une clause d’attribution intégrale, une partie seulement des biens communs, y compris les titres du PEA, serait revenue à l’épouse, le reste aurait été attribué aux héritiers du défunt. 


LEXGROUP Notaires

Historique

<< < ... 55 56 57 58 59 60 61 ... > >>

Suggestion d'articles

Pourquoi l'attribution automatique du nom du père suivi de celui de la mère est discriminatoire selon la CEDH ?

Publié le : 02/12/2021 02 décembre déc. 12 2021
Articles / Civil
Pourquoi l'attribution automatique du nom du père suivi de celui de la mère est discriminatoire selon la CEDH ?
...

Les différentes formes de donations [PART 1] La donation manuelle

Publié le : 01/12/2021 01 décembre déc. 12 2021
Legal Design
La donation manuelle
...

La réforme du droit des sûretés [PART – 2] : Le sort des sûretés réelles à l’issue de la réforme, la création de la cession de somme d’argent et la consécration de la cession de créance, à titre de garanties

Publié le : 01/12/2021 01 décembre déc. 12 2021
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Civil
La réforme du droit des sûretés [PART – 2] : Le sort des sûretés réelles à l’issue de la réforme, la création de la cession de somme d’argent et la consécration de la cession de créance, à titre de garanties
...
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK