IMMIGRATION – Déclaration de nationalité : condition pour l’enfant adopté

IMMIGRATION – Déclaration de nationalité : condition pour l’enfant adopté

Publié le : 23/06/2023 23 juin juin 06 2023

Cass. civ 1ère du 7 juin 2023, n°22-50.004

À l’occasion d’une décision rendue le 7 juin dernier, la Cour de cassation a rappelé que la souscription d'une déclaration de nationalité en application de l'article 21-12, alinéa 3, 2°, requiert que l'enfant ait été recueilli en France et élevé par un organisme public ou un organisme privé présentant les caractères déterminés par un décret en Conseil d'État. 

Dans cette affaire, un enfant né au Madagascar adopté par une femme malgache ayant acquis la nationalité française par le mariage, s’était vu refuser l’enregistrement de sa déclaration de nationalité française fondée sur l’article 21-12 du Code civil. 

Pour rappel, ce texte dispose que : 

« L'enfant qui a fait l'objet d'une adoption simple par une personne de nationalité française peut, jusqu'à sa majorité, déclarer, dans les conditions prévues aux articles 26 et suivants, qu'il réclame la qualité de Français, pourvu qu'à l'époque de sa déclaration il réside en France.

Toutefois, l'obligation de résidence est supprimée lorsque l'enfant a été adopté par une personne de nationalité française n'ayant pas sa résidence habituelle en France.

Peut, dans les mêmes conditions, réclamer la nationalité française :

1° L'enfant qui, depuis au moins trois années, est recueilli sur décision de justice et élevé par une personne de nationalité française ou est confié au service de l'aide sociale à l'enfance ;

2° L'enfant recueilli en France et élevé dans des conditions lui ayant permis de recevoir, pendant cinq années au moins une formation française, soit par un organisme public, soit par un organisme privé présentant les caractères déterminés par un décret en Conseil d'État
» 

L’enregistrement de la déclaration de nationalité française est confirmé en appel, et le procureur général forme un pourvoi en cassation, au visa du 2° de l’article précité qui subordonne l’acquisition de la nationalité française à la condition que l’enfant ait été recueilli en France et élevé par un organisme public ou par un organisme privé présentant les caractères déterminés par un décret en Conseil d’État , là où la juridiction de second degré avait retenu que le texte n’impose pas que l’enfant ait été recueilli par un organisme public autre que le service de l’aide sociale à l’enfance, mais seulement qu’il ait été recueilli en France. 

Considérant qu’il s’agit de critères cumulatifs, pour la Cour de cassation, en retenant seulement que les conditions de formation étaient remplies et en écartant celle relative au fait que l’enfant ait impérativement été recueilli en France et élevé par un organisme public ou par un organisme privé, la Cour d’appel a violé l’article 21-12 du Code civil. 

Lire la décision… 

Historique

  • PROCEDURES COLLECTIVES - Droit de suite du créancier nanti : dernières précisions jurisprudentielles
    Publié le : 26/06/2023 26 juin juin 06 2023
    Veille Juridique
    PROCEDURES COLLECTIVES - Droit de suite du créancier nanti : dernières précisions jurisprudentielles
    Cass. com du 14 juin 2023, n°21-15.864

    L’article L 642-12, alinéa premier du Code de commerce dispose que « Lorsque la cession porte sur des biens grevés d'un privilège spécial, d'un gage, d'un nantissement ou d'une hypothèque, le tribunal affecte à chacun de ces biens, pour la répartition du prix et l'exercice du droit de préférence, la quote-part du prix, déterminée au vu de l'inventaire et de la prisée des actifs et correspondant au rapport entre la valeur de ce bien et la valeur totale des actifs cédés »...
  • SOCIÉTÉS - De l’importance de clarifier le point de départ du délai de prescription applicable
    Publié le : 23/06/2023 23 juin juin 06 2023
    Veille Juridique
    SOCIÉTÉS - De l’importance de clarifier le point de départ du délai de prescription applicable
    Cass. com du 1er juin 2023, n°21-13.716

    Une société a été dissoute par anticipation le 18 mars 2002, et un liquidateur amiable avait été désigné pour 3 ans, son mandat fut ensuite prolongé jusqu’en décembre 2007. Une assemblée générale a refusé, en janvier 2015, d’approuver les comptes de liquidation...
  • IMMIGRATION – Déclaration de nationalité : condition pour l’enfant adopté
    Publié le : 23/06/2023 23 juin juin 06 2023
    Veille Juridique
    IMMIGRATION – Déclaration de nationalité : condition pour l’enfant adopté
    Cass. civ 1ère du 7 juin 2023, n°22-50.004

    À l’occasion d’une décision rendue le 7 juin dernier, la Cour de cassation a rappelé que la souscription d'une déclaration de nationalité en application de l'article 21-12, alinéa 3, 2°, requiert que l'enfant ait été recueilli en France et élevé par un organisme public ou un organisme privé présentant les caractères déterminés par un décret en Conseil d'État...
  • PROTECTION SOCIALE – Accident de travail ayant entraîné le décès du salarié : nouvelles obligations pour l’employeur
    Publié le : 23/06/2023 23 juin juin 06 2023
    Veille Juridique
    PROTECTION SOCIALE – Accident de travail ayant entraîné le décès du salarié : nouvelles obligations pour l’employeur
    Décret n°2023-452 du 9 juin 2023 relatif aux obligations incombant aux entreprises en matière d'accident de travail et d'affichage sur un chantier

    Le décret du 9 juin dernier, impose à l’employeur dès le 12 juin 2023, une nouvelle obligation d’information de l’inspection du travail en matière d’accident du travail mortel, et crée une sanction pénale pour le non-respect de cette obligation...
<< < ... 135 136 137 138 139 140 141 ... > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK