OBLIGATIONS – Vente parfaite et intentions frauduleuses

OBLIGATIONS – Vente parfaite et intentions frauduleuses

Publié le : 17/04/2023 17 avril avr. 04 2023

Cass. civ 1ère du 29 mars 2023, n°22-10.001

Dans un litige porté devant la Cour de cassation le 29 mars 2023, un homme avait confié un véhicule de marque Lamborghini à une société, donnant mandat au représentant de la société pour vendre son bien au prix de 160 000 euros. 
La société mandatée avait fini par faire l’objet d’une procédure de faillite.

Par la suite, le représentant de la société est mis en examen des chefs d'abus de confiance aggravés et d'escroquerie et le véhicule placé sous mains de justice, du fait de sa vente par la société mandatée à un autre particulier. Le propriétaire initial, pour qui la demande de restitution du véhicule est rejetée, assigne les différents interlocuteurs pour que la vente soit jugée inexistante. 

Comme il est fait droit à sa demande, l’acheteur auprès de la société conteste la décision qui retient que la vente n’a jamais existé, considérant que la vente était parfaite entre les parties, et la propriété acquise de droit à l'acheteur à l'égard du vendeur, dès qu'on est convenu de la chose et du prix, quoique la chose n'ait pas encore été livrée ni le prix payé. 

La Haute juridiction fait droit à sa demande et rappelle au visa des articles 1583 et 1998 du Code civil, que la vente est parfaite entre les parties dès lors qu'elles ont convenues de la chose et du prix, et que, même lorsque le mandataire détourne ses pouvoirs au détriment du mandant, les engagements pris par le mandataire à l'égard d'un tiers obligent le mandant, sauf si le tiers avait connaissance du détournement ou ne pouvait l'ignorer.

Par conséquent, doit être cassé l’arrêt de la Cour d’appel qui retient que le demandeur ne rapporte pas la preuve que la société avait la volonté de lui vendre le véhicule, alors que ce dernier justifiait avoir versé à cette société la somme de 175 000 euros pour l'achat du véhicule, là où compte tenu de ces éléments, le mandataire s'était engagé à vendre le véhicule selon le prix fixé, peu important ses intentions réelles, en l’occurrence frauduleuses, quant à la livraison. 

Lire la décision... 
 

Historique

  • SOCIAL – Heures de délégation : rappel concernant leur justification
    Publié le : 18/04/2023 18 avril avr. 04 2023
    Veille Juridique
    SOCIAL – Heures de délégation : rappel concernant leur justification
    Cass. Soc du 5 avril 2023, n°21-17.851

    Saisie dans le cadre d’un litige relatif à la justification des heures de délégation, opposant un salarié et son employeur, la Cour de cassation a jugé qu’il ne peut être exigé en référés, de la part de l’employeur, la justification de l'utilisation des heures de délégation... 
  • URBANISME – Expropriation d’un bien situé en ZAC et date de référence pour la détermination du prix
    Publié le : 18/04/2023 18 avril avr. 04 2023
    Veille Juridique
    URBANISME – Expropriation d’un bien situé en ZAC et date de référence pour la détermination du prix
    Cass. Civ 3ème du 30 mars 2023, n°22-14.163

    En matière d’expropriation pour cause d’utilité publique, lorsque le bien exproprié est situé à l’intérieur du périmètre d’une zone d’aménagement concertée (ZAC), la date de référence est celle de la publication de l’acte créant la zone, si elle est antérieure d’au moins un an à la date d’ouverture de l’enquête publique préalable à la déclaration d’utilité publique...
  • OBLIGATIONS – Vente parfaite et intentions frauduleuses
    Publié le : 17/04/2023 17 avril avr. 04 2023
    Veille Juridique
    OBLIGATIONS – Vente parfaite et intentions frauduleuses
    Cass. civ 1ère du 29 mars 2023, n°22-10.001

    Dans un litige porté devant la Cour de cassation le 29 mars 2023, un homme avait confié un véhicule de marque Lamborghini à une société, donnant mandat au représentant de la société pour vendre son bien au prix de 160 000 euros. 
    La société mandatée avait fini par faire l’objet d’une procédure de faillite...
  • SOCIAL – Contrat de sécurisation professionnelle et précision par l’employeur du motif économique
    Publié le : 17/04/2023 17 avril avr. 04 2023
    Veille Juridique
    SOCIAL – Contrat de sécurisation professionnelle et précision par l’employeur du motif économique
    Cass. soc du 5 avril 2023, n°21-18.636

    Dans un arrêt rendu le 5 avril 2023, la Cour de cassation rappelle les conditions relatives à l’information des salariés qui souhaitent adhérer au contrat de sécurisation professionnelle, sur le motif économique du licenciement...
<< < ... 151 152 153 154 155 156 157 ... > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK