SOCIAL – Rupture de période d’essai inexistante et demande de rectification des documents de fin de contrat

SOCIAL – Rupture de période d’essai inexistante et demande de rectification des documents de fin de contrat

Publié le : 13/04/2023 13 avril avr. 04 2023

Cass. soc du 29 mars 2023, n°21-18.326

Engagée en qualité de chauffeur livreur, une salariée avait, moins d’un mois après sa prise de poste, notifié à son employeur qu’elle mettait fin à sa période d’essai, puis saisi la juridiction prud’homale, afin que soit rectifiée l’attestation Pôle emploi remise par son employeur, pour que figure comme motif de rupture du contrat de travail : « rupture de période d’essai à l’initiative du salarié ». 

La Cour d’appel accueille la demande de la salariée, ce que conteste l’employeur au motif que la salariée n’avait pas signé de contrat de travail stipulant une période d’essai, de sorte que ladite clause ne lui était pas opposable et que l’engagement de la salariée était définitif. 

La Cour de cassation fait cette fois-ci droit à la demande de l’employeur, et après avoir rappelé qu’en vertu de l’article L 1221-3 du Code du travail que la période d’essai et la possibilité de la renouveler ne se présument pas, mais qu’elles sont expressément stipulées dans la lettre d’engagement ou le contrat de travail, casse et annule la décision de la juridiction du fond prise en violation de cette disposition, puisque les parties n’avaient pas signé de contrat de travail stipulant une période d’essai. 

Une décision non sans conséquences pour la salariée qui, à défaut d’avoir vérifié son contrat de travail, peut se retrouver privée des allocations de chômage compte tenu de la rupture d’une période d’essai inexistante, pouvant alors s’apparenter à un abandon de poste. 

Lire la décision... 

Historique

<< < ... 145 146 147 148 149 150 151 ... > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK