Agression sexuelle sur mineur : précision jurisprudentielle quant au point de départ du délai de prescription

Agression sexuelle sur mineur : précision jurisprudentielle quant au point de départ du délai de prescription

Publié le : 04/10/2022 04 octobre oct. 10 2022

L’article 2226 du Code civil dispose qu’en matière de préjudice corporel, le délai de prescription court à compter de la date de consolidation de l’état de la victime, c’est-à-dire à compter du jour où les lésions résultant du dommage sont permanentes et ne sont plus susceptibles d’évolution. 
La fixation de cet événement est relativement simple concernant les lésions physiques, mais s’avère plus complexe dès lors qu’il est question de dommages psychologiques, notamment ceux qui découlent d’une agression physique. 

Début juillet, la Cour de cassation a justement été interrogée sur le point de départ du délai de prescription pour une agression sexuelle, et de la prise en compte de l’état de consolidation des blessures psychiques de la victime. 


Dans cette affaire, un membre de la direction d’un établissement d’enseignement scolaire et une Association diocésaine sont assignés quarante-sept ans après les faits, en responsabilité et indemnisation de préjudices consécutifs à des viols et agressions sexuelles subis par un collégien de l’époque, faits dénoncés par la victime dès 2001. 

Les demandes de la victime sont rejetées tant devant le Tribunal qu’en appel, au motif que les faits sont prescrits. 

Devant la Cour de cassation, la victime reproche aux juridictions précédentes d’avoir retenu comme point de départ de la période de prescription de 10 ans, l’année 1989, date à laquelle il a entamé une thérapie, sans avoir recherché si son état était consolidé à cette date. 

La Cour de cassation fait alors droit à sa demande, et l’intérêt de cette décision est double. 

D’une part, le Tribunal de première instance, la Cour d’appel et la Cour de cassation sont unanimes sur un point : le dommage psychologique engendré par l’agression sexuelle constitue un dommage corporel soumis au délai de prescription de 10 ans, comme prévu à l’article 2226 du Code civil. 

Mais leurs avis divergent quant au point de départ du délai de prescription. La Haute juridiction tranche en faveur de la date de consolidation des lésions résultant du préjudice, et non la date où la victime a entamé une psychothérapie comme a pu le retenir la juridiction d’appel, à qui il est reproché de ne pas avoir recherché si le dommage avait fait l'objet d'une consolidation et, le cas échéant, quelle était la date de cette consolidation.

En fixant comme point de départ du délai de prescription celui de la date de consolidation des lésions résultant de l’agression sexuelle, la Cour de cassation offre une réparation adéquate aux victimes de ce type de préjudice, en admettant qu’au-delà du dommage initial, souvent physique, une prise de conscience est parfois longue, et les séquelles psychologiques peuvent perdurer, voire s’aggraver. 

Il paraît donc évident que le point de départ de la prescription, compte tenu de la nature du préjudice, ne démarre qu’à compter du jour où la victime connaît un état stable qui ne peut plus être amélioré ou aggravé, de sorte qu’elle ait pleinement conscience de l’ampleur du dommage. 


Me Linda PIPERI

Référence de l’arrêt : Cass. civ 2ème 7 juillet 2022 n°20-19.147

Historique

<< < 1 2 3 4 > >>

Suggestion d'articles

Les conséquences du cumul d’infractions routières simultanées

Publié le : 06/12/2022 06 décembre déc. 12 2022
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Pénal
Les conséquences du cumul d’infractions routières simultanées
...

La légitime défense en droit pénal

Publié le : 05/12/2022 05 décembre déc. 12 2022
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Pénal
La légitime défense en droit pénal
...

Vente immobilière et conditions suspensives

Publié le : 02/12/2022 02 décembre déc. 12 2022
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Immobilier
Vente immobilière et conditions suspensives
...
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK