Achat immobilier : quid du vice caché ?  - Crédit photo : © Freepik
Crédit photo : © Freepik

Achat immobilier : quid du vice caché ?

Publié le : 13/05/2024 13 mai mai 05 2024

À l’occasion de l’achat d’une maison ou d’un appartement, l’un des principaux litiges pouvant opposer l’acheteur au vendeur porte sur la possible présence d’un vice caché. De quoi s’agit-il ? L’acheteur dispose-t-il d’un recours en cas de vice caché ? Le vendeur peut-il s’exonérer de sa responsabilité, et si oui, dans quelle mesure ?

 

La définition d’un vice caché


Un vice caché est un défaut qui rend le bien impropre à l’usage auquel il est destiné. Afin de pouvoir être caractérisé de vice caché, le défaut doit :
 
  • Exister au moment de l’achat, peu importe qu’il concerne une caractéristique physique, fonctionnelle ou juridique du bien.
  • Être non apparent lors de l’achat. Cela signifie que l’acheteur ne doit pas pouvoir les déceler à l’œil nu et ne doit pas avoir été informé de leur existence. À défaut, il ne s’agirait plus de vice caché, mais de vice apparent, que l’acquéreur est alors supposé avoir accepté en procédant à l’achat malgré la connaissance de leur existence.
  • Rendre le bien impropre à l’usage auquel il est destiné ou diminuer significativement cet usage, au point que l’acheteur ne l’aurait pas acquis ou en aurait donné un moindre prix s’il l’avait connu.

La réunion de ces conditions pour caractériser un vice caché est nécessaire pour maintenir l’équilibre entre les droits et obligations de l’acheteur et du vendeur. L’identification d’un vice caché s’obtient généralement à l’issue d’opérations d’expertise.

 

La garantie des vices cachés


Si le défaut constitue un vice caché, la garantie des vices cachés peut avoir vocation à s’appliquer. Cette garantie légale porte sur tous les biens, notamment immobiliers, que ceux-ci soient neufs ou anciens, qu’ils soient vendus par des vendeurs professionnels ou de simples particuliers.

Le délai pour mettre en œuvre la garantie légale des vices cachés est de 2 ans à partir de la découverte du défaut par l’acheteur, dans une limite de 20 ans à compter de la date de la vente.

Lorsque l’acquéreur rapporte la preuve de l’existence d’un vice caché, il peut choisir, selon la gravité du vice, entre :
 
  • L’action estimatoire lorsque l’acheteur souhaite conserver le bien immobilier, mais obtenir une réduction du prix proportionnelle à la gravité du vice, notamment pour réaliser des travaux nécessaires ;
  • L’action rédhibitoire lorsque l’acquéreur souhaite annuler la vente, il est alors tenu de restituer le bien immobilier afin d’obtenir le remboursement du prix par le vendeur.

Si la mauvaise foi du vendeur est prouvée, il engage sa responsabilité et peut être condamné à verser des dommages-intérêts.

 

La clause d’exclusion de garantie des vices cachés


Lors de la vente d’un bien immobilier, une clause de non-garantie est souvent insérée par le notaire lorsque la vente lie deux particuliers ou deux professionnels de même spécialité. L’acquéreur ne peut alors se retourner contre le vendeur que s’il est en mesure de prouver que celui-ci avait connaissance du vice caché, et donc qu’il était de mauvaise foi.

En revanche, si le vendeur est considéré comme un professionnel de l’immobilier et l’acheteur comme un simple particulier, cette clause est inefficace, car un professionnel est présumé connaître les vices du bien immobilier vendu.

La qualité de vendeur professionnel désigne évidemment les promoteurs et les sociétés dont l’activité porte sur la vente de biens immobiliers, mais des particuliers peuvent également être assimilés à des vendeurs professionnels, notamment lorsqu’ils ont réalisé les travaux.

HOMNIA Notaires
 

Historique

  • Achat immobilier : quid du vice caché ?
    Publié le : 13/05/2024 13 mai mai 05 2024
    Fiches pratiques
    Fiches pratiques / Immobilier
    Achat immobilier : quid du vice caché ?  - Crédit photo : © Freepik
    À l’occasion de l’achat d’une maison ou d’un appartement, l’un des principaux litiges pouvant opposer l’acheteur au vendeur porte sur la possible p...
  • PÉNAL – Éclaircissements sur la caractérisation de l’infraction d’escroquerie
    Publié le : 13/05/2024 13 mai mai 05 2024
    Veille Juridique
    En application de l’article 313-1 du Code pénal, l’escroquerie est le fait, « soit par l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité, soit par l’abus d’une qualité vraie, soit par l’emploi de manœuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d’un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge »...
  • Protéger un enfant malade ou handicapé avec le mandat de protection future
    Publié le : 10/05/2024 10 mai mai 05 2024
    Fiches pratiques
    Fiches pratiques / Divers
    Protéger un enfant malade ou handicapé avec le mandat de protection future - Crédit photo : © Freepik
    Être le parent d’un enfant atteint d’une maladie ou en situation de handicap n’est pas chose aisée, notamment lorsqu’il s’agit d’envisager l’avenir...
  • COMMERCIAL – Les pénalités de retard ne sont pas cumulables avec les intérêts légaux de retard visés aux articles 1153 et 1231-6 du Code civil
    Publié le : 10/05/2024 10 mai mai 05 2024
    Veille Juridique
    COMMERCIAL – Les pénalités de retard ne sont pas cumulables avec les intérêts légaux de retard visés aux articles 1153 et 1231-6 du Code civil
    En vertu de l’article L.441-6 I alinéa 8 du Code de commerce, dans sa rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance n°2019-359 du 24 avril 2019 devenu L.441-10 II, les conditions relatives au règlement doivent obligatoirement préciser les conditions d’application et le taux d’intérêt des pénalités de retard exigibles le jour suivant la date de règlement figurant sur la facture, ainsi que le montant de l’indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement due au créancier, dans le cas où les sommes dues sont réglées après cette date. Dans ce contexte, les pénalités de retard constituent un intérêt moratoire...
<< < ... 19 20 21 22 23 24 25 ... > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK