LE MAG'JURIDIQUE
Comment contribuer?
Dénonciation de harcèlement moral et mauvaise foi du salarié

Dénonciation de harcèlement moral et mauvaise foi du salarié

Publié le : 29/10/2020 29 octobre oct. 10 2020

En matière de harcèlement moral au travail, la loi veut qu’aucun salarié ne puisse être sanctionné ou licencié pour avoir témoigné ou relaté des agissements de harcèlement moral (article L 1152-1 du Code du travail). 
Règle à laquelle la Cour de cassation apporte toutefois une nuance lorsqu’il y a mauvaise foi manifeste du salarié qui rapporte de tels faits. 

Dans une récente affaire, un salarié a été licencié pour avoir relaté des faits de harcèlement moral le concernant, et réclame la nullité de son licenciement et sa réintégration à son poste. 
Le litige est porté devant la Cour de cassation et le salarié évoque le fait qu’aucun salarié ne peut être sanctionné pour avoir témoigné ou relaté de fait de harcèlement moral emportant de plein droit, le cas échéant, la nullité de la rupture du contrat de travail. Il fait par ailleurs valoir que sa mauvaise foi n’est pas caractérisée, et que la lettre de licenciement qui fixe les limites du litige n’invoque pas, le concernant, cette mauvaise foi, mais seulement le fait que les agissements de harcèlement sont non avérés, mais fait état que le salarié lui-même hésitait quant à une qualification adéquate.

Dans sa réponse la Cour de cassation rappelle la règle liée à la nullité du licenciement en cas de méconnaissance de l’article L 1152-2 du Code du travail. Le salarié qui relate d’agissements de harcèlement moral ne peut être licencié pour ce motif, sauf mauvaise foi, laquelle ne peut résulter que de la connaissance par le salarié de la fausseté des faits qu’il dénonce. 

Or, dans les faits, il s’avère que le salarié a persisté à reprocher à son employeur de ne pas lui avoir donner, et ce pendant plusieurs mois, les motifs de sa sortie de mission. Reproches mensongers puisque preuve est apportée que de telles raisons lui ont été notifiées par écrit. 
Le salarié a donc dénoncé des faits inexistants en leur donnant la qualification de harcèlement moral, tout en bloquant la communication avec l’employeur sur ce sujet, notamment en se soustrayant aux entretiens sollicités par l’employeur à maintes reprises, pour communiquer loyalement sur ce sujet. 

Pour la chambre sociale il y a réellement une mise en évidence de la connaissance par le salarié de la fausseté de ses allégations de harcèlement moral, et donc d’une mauvaise foi évidente. 

Laquelle mauvaise foi peut, selon la Haute juridiction, être alléguée devant le juge, sans qu’elle ait été obligatoirement soulignée dans la lettre de licenciement.  


ARCANE JURIS

Référence de l’arrêt : Cass. soc 16 septembre 2020 n°18-26.696

Historique

<< < ... 3 4 5 6 7 8 9 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.