Fonctionnement du dispositif dérogatoire de report en arrière du déficit

Fonctionnement du dispositif dérogatoire de report en arrière du déficit

Publié le : 23/09/2021 23 septembre sept. 09 2021

De manière générale, le Code des impôts permet aux entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés de reporter, dans la limite d’un plafond défini, leur déficit pour le déduire des bénéfices de leur prochain exercice. 
Cependant, au vu de la situation particulière liée à la crise sanitaire due à la Covid-19, des mesures de soutien aux entreprises ont été adoptées. Parmi elles, un dispositif dérogatoire et temporaire de report en arrière du déficit a été instauré. 
Les avocats du cabinet ARCANE JURIS vous en expliquent le fonctionnement. 


La loi de finances rectificative pour 2021, dans son article 1er, a mis en place une version dérogatoire et temporaire du dispositif de report en arrière du déficit, offert pour les sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés. 

D’une part, le dispositif est temporaire, car l’option du report peut être effectuée uniquement pour les exercices comptables clos entre le 30 juin 2020 et le 30 juin 2021. 

D’autre part, ce dispositif est dérogatoire en ce que contrairement au report de déficit de droit commun, aucun plafond n’est prévu. 

Ainsi, concernant le fonctionnement, si une entreprise constate un déficit sur l’exercice clôturé entre le 30 juin 2020 et le 30 juin 2021, elle peut par option, le déduire des bénéfices de son prochain exercice (report en avant), soit de le reporter sur l’exercice précédent (carry back) leur accordant une créance d’impôt de report.
Lorsque le premier report ne sera pas suffisant pour que puisse être imputée la totalité du déficit constaté, la société a la possibilité de reporter le déficit restant sur le bénéfice de l’avant-dernier exercice, et si ce n’est pas encore suffisant, sur celui qui précède l’avant-dernier exercice.

Le terme « par option » est volontairement employé puisque l’entreprise doit manifester son intention de bénéficier du dispositif auprès de l’administration fiscale en lui adressant le formulaire dédié, selon qu’elle relève du régime normal ou du régime simplifié, ou bien qu’il s’agisse de groupes intégrés. 
De plus, étant donné que de nombreuses entreprises ont déjà effectué leur déclaration de résultat avant que l’étendue de ce dispositif ait été connue, celles-ci peuvent adresser à l’administration fiscale une déclaration rectificative, en précisant le montant du déficit reporté en arrière. 

En tout état de cause, les entreprises qui souhaitent bénéficier de ce dispositif ont la faculté d’exercer cette option jusqu’au 30 septembre 2021, et au plus tard avant que la liquidation de l’impôt sur les sociétés dû au titre de l’exercice suivant celui au titre duquel l’option est exercée, ne soit intervenue.

Enfin, le fait pour les entreprises de bénéficier d’une créance de report du déficit leur permet d’utiliser cette dernière pour le paiement de l’impôt sur les sociétés dû au titre des exercices clos au cours des cinq années qui suivent celle de la clôture de l’exercice pour lequel elles ont exercé l’option. 
En revanche, elles ne peuvent pas obtenir le bénéficie du dispositif de remboursement anticipé des créances de report en arrière du déficit.


ARCANE JURIS

Historique

<< < ... 8 9 10 11 12 13 14 ... > >>

Suggestion d'articles

Pourquoi l'attribution automatique du nom du père suivi de celui de la mère est discriminatoire selon la CEDH ?

Publié le : 02/12/2021 02 décembre déc. 12 2021
Articles / Civil
Pourquoi l'attribution automatique du nom du père suivi de celui de la mère est discriminatoire selon la CEDH ?
...

Les différentes formes de donations [PART 1] La donation manuelle

Publié le : 01/12/2021 01 décembre déc. 12 2021
Legal Design
La donation manuelle
...

La réforme du droit des sûretés [PART – 2] : Le sort des sûretés réelles à l’issue de la réforme, la création de la cession de somme d’argent et la consécration de la cession de créance, à titre de garanties

Publié le : 01/12/2021 01 décembre déc. 12 2021
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Civil
La réforme du droit des sûretés [PART – 2] : Le sort des sûretés réelles à l’issue de la réforme, la création de la cession de somme d’argent et la consécration de la cession de créance, à titre de garanties
...
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK