LE MAG'JURIDIQUE
Comment contribuer?
Fractionnement des congés payés : impossibilité d'y renoncer par avance

Fractionnement des congés payés : impossibilité d'y renoncer par avance

Publié le : 30/08/2021 30 août août 08 2021

Le Code du travail pose pour règle que le congé principal du salarié (de 24 jours minimum) doit être pris entre le 1er mai et le 31 octobre. 
Passée cette échéance, si le salarié n’a pas pris son congé principal dans sa totalité, le congé est alors « fractionné » et l’employeur doit attribuer au salarié des jours de congés supplémentaires, appelés « jours de fractionnement ». 
Les parties au contrat de travail peuvent cependant toujours déroger au principe de fractionnement, soit par une renonciation individuelle du salarié, soit via la convention collective ou un accord d’entreprise ou d’établissement. 


Le contrat de travail prévoyant une clause selon laquelle le salarié renonce par avance au bénéfice du congé de fractionnement n’est cependant pas une pratique recevable, comme l’a récemment rappelé la Cour de cassation. 

Cette affaire concernait une entreprise spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de pâtes traditionnelles (brick et filo). Afin de pouvoir estampiller ses produits de la qualification « casher », cette entreprise devait respecter les règles essentielles du judaïsme, notamment celle concernant l’interdiction de travailler ou de faire travailler le personnel les samedis et durant les fêtes juives.
Pour satisfaire ce critère, les contrats de travail établis par l’entreprise indiquaient que la société étant sous le contrôle du consistoire israélite, les jours de fermeture exceptionnelle liés aux fêtes juives étaient obligatoirement décomptés des congés payés.

Un certain nombre de salariés ont alors saisi le Conseil de prud’hommes pour le paiement de dommages et intérêts par l’employeur, compte tenu de la privation à leurs droits à congés. Le Conseil de prud’hommes ayant fait droit aux demandes des salariés, l’employeur a interjeté appel de la décision.
La Cour d’appel a confirmé le jugement de première instance et condamné l’employeur au paiement des sommes demandées, en relevant d’une part que la liste des fêtes concernées ainsi que leur durée n’était pas suffisamment précisée pour valoir agrément des salariés au fractionnement de leur congé principal, et que, d’autre part, l’employeur ne justifiait pas d’un avis conforme exprès des délégués du personnel autorisant le recours au fractionnement du congé principal. 

Le litige est porté jusque devant la Cour de cassation où l’employeur évoque le bénéfice des dispositions du Code du travail qui prévoient qu’il est possible de déroger aux règles de fractionnement des congés, notamment en cas d’accord des salariés dans le cadre d’un congé justifié par la fermeture de l’établissement (article L 3141-20). Dans cette affaire, le consentement avait été donné par les salariés lors de la signature de leurs contrats de travail. 

Mais la Cour de cassation rejette elle aussi la demande de l’employeur : le salarié ne peut pas renoncer par avance à ses droits en matière de fractionnement de son congé principal par le biais de son contrat de travail. 

La Haute juridiction rappelle que les règles relatives au fractionnement des congés payés sont d’ordre public, c’est-à-dire qu’il s’agit de règles impératives dont l’application ne saurait être écartée par l’effet d’un contrat. Elle rend une solution claire : 

« Le salarié ne pouvant pas renoncer par avance au bénéfice d’un droit qu’il tient de dispositions d’ordre public avant que ce droit ne soit né, il ne peut renoncer dans le contrat de travail à ses droits en matière de fractionnement du congé principal ». 

Ainsi, toute pratique visant à faire renoncer par avance aux salariés à leurs droits en matière de fractionnement du congé principal, par le biais du contrat de travail, est interdite. 


Cabinet GILLES Avocat

Référence de l’arrêt : Cass. soc 5 mai 2021 n°20-14.390

Historique

<< < ... 9 10 11 12 13 14 15 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.