Le référé probatoire, une arme redoutable en matière de stagnation professionnelle

Le référé probatoire, une arme redoutable en matière de stagnation professionnelle

Publié le : 19/10/2021 19 octobre oct. 10 2021

En application de l’article 145 du Code de procédure civile, « S'il existe un motif légitime de conserver ou d'établir avant tout procès la preuve de faits dont pourrait dépendre la solution d'un litige, les mesures d'instruction légalement admissibles peuvent être ordonnées à la demande de tout intéressé, sur requête ou en référé ». 

Cette disposition nommée « référé probatoire », permet que soit demandée au juge la prise de mesures in futurum pour assurer la conservation des preuves ou pour constituer des preuves, ce qui suppose l’existence d’un motif légitime. C’est précisément sur cette question d’existence d’un intérêt légitime qu’a été saisie la Cour de cassation, concernant la demande d’un salarié s’estimant victime de stagnation professionnelle. 

Au cas d’espèce, un salarié titulaire de mandats syndicaux et représentatifs, qui s’estimait victime de discrimination, a saisi en conséquence la formation de référé du Conseil de Prud’hommes afin d’obtenir sur le fondement de l’article 145 du Code de procédure civile, la transmission d’informations par son employeur lui permettant de procéder à une comparaison utile de sa situation avec celle de ses collègues de travail.

En appel, le salarié est débouté de sa demande de communication de pièces (notamment, un extrait unique du registre du personnel ou les données non anonymisées des autres salariés), la Cour estimant que les documents déjà transmis (en particulier, un tableau comparatif, les fiches individuelles de dix collaborateurs se trouvant dans une situation comparable à celle du salarié) étaient suffisants pour permettre au salarié de comparer les situations. 

La juridiction de second degré relevait également que le régime probatoire prévu à l’article L.1134-1 du Code du travail relatif à la discrimination, qui permet à la personne s’estimant victime de discrimination de produire les éléments laissant supposer l’existence d’une discrimination, charge par à la suite à l’employeur de prouver que sa décision était justifiée par des éléments objectifs étrangers à toute discrimination, rendait inutile la production des éléments de preuve que le salarié réclamait. Elle excluait donc, en l’espèce, tout motif légitime. 

La Cour de cassation a sanctionné la position des juges du fond sur le fondement de l’article L.1132-1 du Code de travail relatif au principe de non-discrimination en entreprise, l’article 6 paragraphe 1 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, ainsi que l’article 145 du Code de procédure civile. 

Selon la Haute juridiction, il résulte de la combinaison de ces textes appliqués au cas d’espèce que « la procédure prévue par l’article 145 du code de procédure civile ne peut être écartée en matière de discrimination au motif de l’existence d’un mécanisme probatoire spécifique résultant des dispositions de l’article L.1134-1 du code du travail » d’autant plus que les juges du fond n’étaient pas encore saisis du procès en vue duquel la mesure d’instruction était sollicitée, et que par conséquent l’action au fond par le salarié relative à une situation de discrimination ne privait pas sa demande d’un motif légitime.

Elle juge en conclusion qu’il appartient au juge saisi d’une demande de communication de pièces sur le fondement de l’article 145 du code de procédure civile, « de rechercher si cette communication n’est pas nécessaire à l’exercice du droit à la preuve de la discrimination alléguée et proportionnée au but poursuivi et s’il existe ainsi un motif légitime de conserver ou d’établir avant tout procès la preuve de faits dont pourrait dépendre la solution d’un litige, ensuite, si les éléments dont la communication est demandée sont de nature à porter atteinte à la vie personnelle d’autres salariés, de vérifier quelles mesures sont indispensables à l’exercice du droit à la preuve et proportionnées au but poursuivi, au besoin en cantonnant le périmètre de la production de pièces sollicitées ».

Ainsi, pour prouver une situation de stagnation professionnelle, laquelle est discriminatoire, le salarié est fondé à bénéficier de la procédure prévue par l’article 145 du Code de procédure civile, dès lors qu’il existe un motif légitime permettant de conserver ou d’établir avant tout procès la preuve de ces faits, dont pourrait dépendre la solution de son litige. 


EPILOGUE Avocats

Référence de l’arrêt : Cass. soc 22 septembre 2021 n°19-26.144

Historique

<< < ... 5 6 7 8 9 10 11 ... > >>

Suggestion d'articles

Pourquoi l'attribution automatique du nom du père suivi de celui de la mère est discriminatoire selon la CEDH ?

Publié le : 02/12/2021 02 décembre déc. 12 2021
Articles / Civil
Pourquoi l'attribution automatique du nom du père suivi de celui de la mère est discriminatoire selon la CEDH ?
...

Les différentes formes de donations [PART 1] La donation manuelle

Publié le : 01/12/2021 01 décembre déc. 12 2021
Legal Design
La donation manuelle
...

La réforme du droit des sûretés [PART – 2] : Le sort des sûretés réelles à l’issue de la réforme, la création de la cession de somme d’argent et la consécration de la cession de créance, à titre de garanties

Publié le : 01/12/2021 01 décembre déc. 12 2021
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Civil
La réforme du droit des sûretés [PART – 2] : Le sort des sûretés réelles à l’issue de la réforme, la création de la cession de somme d’argent et la consécration de la cession de créance, à titre de garanties
...
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK