LE MAG'JURIDIQUE
Comment contribuer?
L’indemnisation des améliorations culturales ne peut être transférée au nouvel exploitant

L’indemnisation des améliorations culturales ne peut être transférée au nouvel exploitant

Publié le : 20/09/2019 20 septembre sept. 2019
Lorsqu’un bail rural prend fin et que le preneur sortant a, du fait de son travail ou ses investissements, apporté des améliorations au fonds, il bénéficie d’une indemnité versée par le bailleur au titre de ses améliorations.

Pour autant, cette obligation d’indemnisation n’est pas transférable au nouveau preneur du fonds, comme l’a récemment rappelé la Cour de cassation.

Dans les faits, le bailleur d’un domaine agricole obtient un procès-verbal de conciliation, établi par le Président du tribunal paritaire des baux ruraux, organisant le transfert de l’indemnité due au titre des améliorations culturales vers le preneur entrant.

Cet accord, prévoyait que la somme due au titre des améliorations culturales serait versée par le nouveau preneur au bailleur, qui reverserait alors la dite somme aux preneurs sortants.

Le bailleur saisit par la suite le tribunal partiaire des baux ruraux afin de voir le bail résilié. Le preneur forme alors une demande reconventionnelle tendant à la restitution des sommes versées à la prise des lieux.

La juridiction de second degré le déboute au motif que le procès-verbal de conciliation, dans lequel il reconnaissait devoir la somme correspondant à l’indemnité d’amélioration culturale à la conclusion du bail, a valeur de titre exécutoire.

Qu’ainsi, en vertu de l’autorité de la chose jugée prévue par l’article L 111-3 du Code de procédure civile, cet accord ne peut être remis en cause.

La Haute Juridiction ne partage pas cette position et casse et annule l’arrêt de la Cour d’appel au motif que “l’existence d’un titre exécutoire constatant une conciliation ne fait pas obstacle à la répétition des sommes versées en exécution de ce titre lorsque l’objet de l’accord est illicite et pénalement sanctionné”

Pour la troisième chambre civile, l’indemnisation des améliorations culturales apportées au fonds loué incombe au seul bailleur.

Dès lors, toute convention contraire ayant pour but de mettre ce coût à la charge du preneur, quelle que soit sa forme, est illicite.

La Cour rend sa décision au visa de l’article L411-74 du Code rural et de la pêche maritime qui sanctionne de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende, le fait d’obtenir ou de tenter d’obtenir pour l’une des parties à un bail rural une remise d’argent ou de valeur non justifiée à l'occasion d'un changement d'exploitant.


3ème Chambre Civile, 6 juin 2019, n°17-19.486

GDR AVOCATS

Historique

<< < ... 38 39 40 41 42 43 44 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.