LE MAG'JURIDIQUE
Comment contribuer?
Nullité de l'acte qui ne préserve pas suffisamment les intérêts des époux

Nullité de l'acte qui ne préserve pas suffisamment les intérêts des époux

Publié le : 18/08/2021 18 août août 08 2021

Le divorce par consentement mutuel du fait de son appellation, place l’entente des époux comme condition de base à la procédure. D’accord à la fois sur le principe du divorce et sur ses conséquences, les époux signent une convention établie par avocat, déposée chez un notaire afin de lui conférer force exécutoire. Cet acte notarié peut ensuite être soumis à homologation du juge.


Récemment, la Cour de cassation s’est prononcée sur la possibilité de remettre en cause l’homologation de cet acte, lorsque la convention ne préserve pas suffisamment les intérêts d’un des époux. 

Rappelons à titre préliminaire, que l’alinéa 2 de l’article 268 du Code civil prévoit que « Le juge, après avoir vérifié que les intérêts de chacun des époux et des enfants sont préservés, homologue les conventions en prononçant le divorce ». 

Les faits portés devant la Cour de cassation concernent le divorce d’époux dont il a été conclu une convention de divorce par consentement mutuel. Par jugement du 21 juillet 2017, le juge aux affaires familiales prononce le divorce et homologue l’acte portant liquidation et partage des intérêts patrimoniaux des époux, établi en la forme notariée le 7 mai 2016.
Cependant, au cours de la procédure, l’épouse qui estime que la convention ne protège pas suffisamment ses intérêts notamment en ce qu’elle la prive d’une partie de l’indemnité d’occupation, dépose une demande de non-homologation, laquelle est jugée irrecevable au motif que les conclusions en ce sens déposées par son avocat ont été signifiées postérieurement à l’ordonnance de clôture. 

Un appel partiel est interjeté contre cette décision. La juridiction de second degré saisie des griefs, juge qu’il n’y a pas lieu à homologuer l’acte notarié et ordonne la liquidation et le partage des intérêts patrimoniaux du couple, lesquels, compte tenu de l’absence de contrat de mariage, sont soumis au régime légal de la communauté réduite aux acquêts. 

Le mari se pourvoit alors en cassation. Il soulève comme motif le fait que son épouse était irrecevable à former un appel contre un jugement qui, prit sur la base de la convention de divorce régulièrement négociée entre eux en présence d’un avocat et d’un notaire, convention qui de plus fait droit à ses demandes. L’époux ajoute également qu’aucune justification n’était apportée concernant le prétendu déséquilibre des intérêts des parties. 

La décision de la Haute juridiction sur cette contestation est pourtant limpide : « Il résulte de l’article 268 du code civil que le juge ne peut prononcer l’homologation d’une convention portant règlement de tout ou partie des conséquences du divorce qu’en présence de conclusions concordantes des époux en ce sens ». 

Une telle décision a pour conséquence de consacrer le droit pour les époux en instance de divorce de changer d’avis, y compris dans le cadre d’une procédure amiable telle que le divorce par consentement mutuel, dès lors que les intérêts de l’un d’eux ne sont pas suffisamment préservés. 

En l’espèce, la Cour de cassation retient la cause soulevée par l’épouse selon laquelle l’acte notarié portant liquidation et partage des intérêts patrimoniaux du couple, ne préserve pas suffisamment ses intérêts, car il ne reflète plus la commune intention des intéressés.

Dans une procédure où la liberté contractuelle des parties constitue le socle du règlement de leurs intérêts, l’autorité judiciaire demeure garante de la protection des intérêts en cause et peut, postérieurement à l’homologation de leur accord, juger d’un déséquilibre. 


Me Pauline GODARD

Référence de l'arrêt : Cass. civ 1ère 9 juin 2021 n°19-10.550

Historique

<< < ... 11 12 13 14 15 16 17 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.