LE MAG'JURIDIQUE
Comment contribuer?
Qu’est-ce que le Plan Local d’Urbanisme (PLU) ?

Qu’est-ce que le Plan Local d’Urbanisme (PLU) ?

Publié le : 19/02/2021 19 février févr. 02 2021

Le Plan Local d’Urbanisme, issu de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain du 13 décembre 2000, a remplacé l’ancien Plan d’Occupation des Sols (POS). 

Sa vocation est de définir les zones constructibles au sein d’une commune et de fixer, au sein de chaque zone, les règles relatives à l’aspect, au volume, et à l’implantation des constructions. 

En ce sens, le PLU est le document de référence pour l’instruction des permis de construire. 

Techniquement, le PLU est composé d’un rapport de présentation, d’un projet d’aménagement et de développement durable, d’un règlement et de documents graphiques.

Le rapport de présentation présente une analyse de l’état initial de l’environnement du territoire sur lequel le PLU est adopté. L’objet du rapport de présentation est d’expliquer les choix retenus pour établir le parti d’aménagement de la commune. Il justifie le découpage du territoire en zones urbaines, à urbaniser, agricoles ou naturelles. Il expose les motifs qui fondent les limitations à l’utilisation des sols, ainsi que les orientations d’aménagement. 

Le projet d’aménagement et de développement durable est la pièce centrale du dossier. Il détermine les « orientations d’urbanisme et d’aménagement retenues par la commune, notamment en vue de favoriser le renouvellement urbain et de préserver la qualité architecturale et l’environnement » (article R 123-3 Code de l’urbanisme). Il peut à cet effet : 
 
  • Préciser les mesures prises pour préserver les centres-villes et les centres de quartiers et celles permettant de les développer ou d’en créer de nouveaux ;
  • Déterminer les actions et opérations relatives à la restructuration ou à la réhabilitation d’îlots, de quartiers ou de secteurs. Les interventions prévues pour lutter contre l’insalubrité ainsi que les mesures pour restaurer ou réhabiliter des îlots ou immeubles ; 
  • Définir les caractéristiques et le traitement des rues, sentiers piétonniers et pistes cyclables et des espaces et ouvrages publics à conserver, à modifier ou à créer ;
  • Définir les actions et opérations d’aménagement de nature à assurer la sauvegarde de la diversité commerciale des quartiers ;
  • Délimiter les conditions d’aménagement des entrées de ville ; 
  • Définir les mesures de nature à assurer la préservation des paysages ; 

Le règlement énonce les règles applicables à l’intérieur de chacune des zones. Le règlement précise les occupations ou utilisations de sols interdites. Il prévoit surtout les règles relatives aux caractéristiques des constructions telles que : 
 
  • L’implantation des constructions par rapport aux voies et emprises publiques, par rapport aux limites séparatives, leur implantation les unes par rapport aux autres sur une même propriété ; 
  • La hauteur maximale des constructions ; 
  • Les modalités d’accès aux constructions et de desserte par les réseaux publics ; 
  • Les règles relatives aux espaces verts et aux plantations ;
  • Le stationnement ;
  • L’aspect extérieur des constructions

Ces zones sont identifiées au sein des documents graphiques (article R. 123-4 du Code de l’urbanisme). 
Elles sont de quatre types : 
 
  • Les zones urbaines (U) : il s’agit des secteurs déjà urbanisés et des secteurs où les équipements publics existants ont une capacité suffisante pour accueillir des nouvelles constructions ;
  • Les zones à urbaniser (AU) : ce sont les secteurs destinés à être ouverts à l’urbanisation ; Les constructions y sont autorisées soit lors de la réalisation d'une opération d'aménagement d'ensemble, soit au fur et à mesure de la réalisation d’équipements internes à la zone ;
  • Les zones agricoles (A) : il s’agit des secteurs qu’il faut protéger en raison du potentiel agronomique, biologique ou économique des terres agricoles. Dans ces zones, seules les constructions et installations nécessaires à l’exploitation agricole sont autorisées ;
  • Les zones naturelles et forestières (N) : regroupent les secteurs de la commune à protéger en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt, notamment du point de vue esthétique, historique ou écologique, soit de l’existence d’une exploitation forestière, soit de leur caractère d’espaces naturels. Le principe est celui de l’inconstructibilité. 

Depuis la Loi ENE du 12 juillet 2010, il est désormais possible d’élaborer un document d’urbanisme à l’échelle intercommunale : on parle alors de PLUi.


VERBATEAM Avocats

Historique

<< < ... 27 28 29 30 31 32 33 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.