Quid de la rétrogradation du salarié

Quid de la rétrogradation du salarié

Publié le : 29/09/2021 29 septembre sept. 09 2021

Baisse des responsabilités, baisse de la position dans la grille de classification hiérarchique et baisse de rémunération... Voilà autant d’effets liés à la rétrogradation d’un salarié.

La rétrogradation consiste à affecter le salarié à un emploi d’une classification inférieure...

Pour autant, la rétrogradation peut-elle être librement décidée par l’employeur ?

 

Définition 

La rétrogradation constitue en réalité une sanction disciplinaire prise à l’encontre du salarié qui a commis une faute, dont la conséquence principale est un abaissement de sa rémunération, consécutivement à une diminution des responsabilités qui lui étaient jusqu’alors confiées, ou par son placement à un poste inférieur au niveau hiérarchique par rapport à celui occupé auparavant. 

La rétrogradation peut également être effectuée en cas d’insuffisance professionnelle du salarié, afin de le placer à un poste adapté. 

En tout état de cause, la décision de rétrogradation du salarié doit être justifiée par des motifs sérieux et avérés. Dans le cas inverse, une telle décision s’apparentera à une sanction pécuniaire prise à l’encontre du salarié, pratique interdite par le Code du travail et passible pour l’employeur d’une amende de 3 750 euros. 
 

Mise en pratique

Étant donné que la rétrogradation implique une baisse de rémunération et donc modifie le contrat de travail, elle ne peut être mise en place qu’avec l’accord du salarié
Si l’entreprise dans laquelle est envisagée la rétrogradation emploie au moins 20 salariés, une telle sanction disciplinaire doit être prévue par le règlement intérieur. 

En termes de procédure, le salarié est convoqué à un entretien préalable classique (par courrier recommandé avec accusé de réception ou lettre remise en main propre contre signature), prévenant le salarié de la raison de l’entretien et de son droit à être assisté. 

Selon les mêmes formes, à minima deux jours après le déroulement de l’entretien, l’employeur peut notifier au salarié la décision de le rétrograder, en l’informant de son droit de refus concernant la rétrogradation et qu’il peut faire connaître sa décision sous un délai déterminé. 

Passé le délai convenu, si le salarié refuse la rétrogradation ou ne donne pas de réponse, l’employeur peut renouveler une procédure disciplinaire visant à prendre une sanction autre que la rétrogradation, proportionnée aux faits reprochés au salarié. 
Lorsque la rétrogradation est acceptée par le salarié, les parties concluent un avenant au contrat de travail faisant état des nouvelles conditions de poste et de rémunération. 

Aucune mesure de rétrogradation ne peut être imposée au salarié de manière unilatérale. Le cas échéant il s’agit d’un motif permettant de saisir la juridiction prud’homale pour bénéficier de la reconnaissance d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse, ou d’une réintégration au poste précédent. 


MON AVOCAT PERSO

Historique

<< < ... 7 8 9 10 11 12 13 ... > >>

Suggestion d'articles

Pourquoi l'attribution automatique du nom du père suivi de celui de la mère est discriminatoire selon la CEDH ?

Publié le : 02/12/2021 02 décembre déc. 12 2021
Articles / Civil
Pourquoi l'attribution automatique du nom du père suivi de celui de la mère est discriminatoire selon la CEDH ?
...

Les différentes formes de donations [PART 1] La donation manuelle

Publié le : 01/12/2021 01 décembre déc. 12 2021
Legal Design
La donation manuelle
...

La réforme du droit des sûretés [PART – 2] : Le sort des sûretés réelles à l’issue de la réforme, la création de la cession de somme d’argent et la consécration de la cession de créance, à titre de garanties

Publié le : 01/12/2021 01 décembre déc. 12 2021
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Civil
La réforme du droit des sûretés [PART – 2] : Le sort des sûretés réelles à l’issue de la réforme, la création de la cession de somme d’argent et la consécration de la cession de créance, à titre de garanties
...
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK