LE MAG'JURIDIQUE
Comment contribuer?
Transaction : l'erreur de calcul de l'employeur ne rend pas l'accord inopposable

Transaction : l'erreur de calcul de l'employeur ne rend pas l'accord inopposable

Publié le : 08/09/2021 08 septembre sept. 09 2021

La transaction est un outil juridique qui, lorsqu’elle est conclue entre des parties qui rencontrent un différend, prend la forme d’un accord amiable formalisé par une convention qui met fin au litige et leur évite une procédure judiciaire. Ce mécanisme est régi par l’article 2044 du Code civil :
« La transaction est un contrat par lequel les parties, par des concessions réciproques, terminent une contestation née, ou préviennent une contestation à naître.

Ce contrat doit être rédigé par écrit. »

Concernant les relations de travail, le recours aux transactions pour mettre fin aux litiges entre employeurs et salarié sans passer par la case Conseil de Prud’hommes et fréquent, et suppose le versement d’une indemnité transactionnelle, laquelle n’est pas exonérée d’impôts. 

Récemment, la Cour de cassation a été saisie d’un litige relatif à une erreur de calcul sur l’indemnité et les conséquences du redressement fiscal qui s’en est suivi. 

Dans l’affaire en question, à la suite de son licenciement, un salarié engagé en qualité de conseiller du président du directoire conclut une transaction avec son employeur, laquelle prévoit le versement d’une indemnité conventionnelle de licenciement de 895 833 euros, ainsi qu’une indemnité transactionnelle de 349 667 euros. 

Cependant, il apparaît que l’employeur a commis une erreur lors du calcul et l’indemnité conventionnelle qui s’avère finalement être 446 950 euros, tandis que l’indemnité transactionnelle s'élève en réalité à 798 550 euros. 

Or, l’indemnité transactionnelle étant soumise à l’impôt sur le revenu, le salarié ayant fait l’objet d’un redressement par l’administration fiscale, saisit alors le Conseil de Prud’hommes pour réparation du préjudice et versement de dommages et intérêts. 

Devant la Cour d’appel, le salarié est débouté de ses demandes, sur le fondement de l’autorité de la chose jugée qu’a acquis la transaction puisque « le salarié avait expressément accepté de faire son affaire personnelle de l’imposition des sommes perçues, avait admis supporter les conséquences fiscales des sommes acceptées et reçues sans pouvoir rechercher la responsabilité de son co-contractant à ce titre ». La juridiction observe également que l’employeur avait dûment exécuté la transaction en versant au salarié la somme globale prévue par la convention.

La chambre sociale de la Cour de cassation retient également cette solution et la complète en précisant que « que l’employeur pouvait opposer la transaction au salarié et que la demande indemnitaire formée à l’encontre de l’employeur résultant du redressement fiscal dont le salarié avait fait l’objet à la suite de la déclaration des sommes versées en exécution de la transaction, n’était pas recevable ». 

Une solution qui peut paraître surprenante et semble faire peser sur le salarié la charge de vérifier de manière précise les montants prévus par la transaction afin de remplir correctement les déclarations fiscales afférentes, mais qui rappellent l’importance attachée à la lecture de l’ensemble des clauses de la transaction. 

En l’espèce, en ayant accepté la stipulation selon laquelle il s’engageait à faire son affaire personnelle de la déclaration des montants à l’administration fiscale, le salarié a perdu son droit à ce que soit pris en considération ce différend pourtant par nature étranger à l’objet de la transaction portant sur le règlement des conséquences de la rupture de la relation de travail. 


BMP & Associés Avocats

Référence de l’arrêt : Cass. soc 16 juin 2021 n°20-13.256
 

Historique

<< < ... 5 6 7 8 9 10 11 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.