ENVIRONNEMENT – Délit d’atteinte à la conservation d'habitats naturels d'espèces animales protégées : commission ou abstention ?

Publié le : 20/10/2022 20 octobre oct. 10 2022

Cass. crim 18 octobre 2022 n°21-86.965


En matière de protection de l’environnement, l’article L 415-3 du Code de l’environnement punit de 3 ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende, le fait de porter atteinte à la conservation des habitats naturels ou espèces animales non domestiques. 

Récemment, la Cour de cassation a dû répondre à la question de savoir si ce délit devait impérativement être caractérisé par un acte positif démontrant sa commission, ou si une simple abstention suffisait. 


Les faits concernaient des travaux de construction d’un gazoduc (canalisation permettant le transport de gaz sur de longues distances), pour lesquels le défrichement de zones boisées avait été rendu nécessaire, afin de permettre la circulation des engins de chantier et l’accès au gazoduc.  
L’obtention des autorisations administratives ne posait pas de problème en l’espèce, et deux arrêtés avaient même été adoptés pour permettre de déroger aux dispositions de l’article L 411-1 du Code de l’environnement, portant interdiction de détruire des écosystèmes, sous réserve de procéder à leur restauration passer l’accomplissement des travaux. 

Or, deux ans plus tard, aucune remise en état des zones déboisées n’est constatée, les sociétés ainsi que le directeur du projet sont donc assignés pour atteinte à la conservation d’habitats naturels. 

Leur culpabilité est reconnue en première comme en seconde instance. 

Devant la Cour de cassation, la défense des coupables est fondée sur l’adage selon lequel « il n'y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre », et le fait que le délit d'atteinte à la conservation d'habitats naturels est une infraction de commission, alors que les juridictions précédentes ont fondé leur décision sur le seul constat d’une absence de début d'exécution des obligations de remise en état.

Mais la Haute juridiction confirme leur condamnation. 

Elle rappelle en premier lieu que le projet avait obtenu des dérogations préfectorales aux interdictions, d'une part, d'enlèvement et destruction de spécimens d'espèces animales protégées, d'autre part, d'altération ou dégradation de sites de reproduction ou d'aires de repos d'espèces animales protégées, d'enlèvement et de réimplantation de spécimens d'espèces végétales protégées, et que les sociétés s’étaient engagées pour les petits mammifères, à replanter des haies arborées, arbustives et buissonnantes et, pour les oiseaux, à créer un stock de nouveaux arbres favorables à un habitat d'accueil. 

D’autre part, elle confirme le constat selon lequel aucun de ces travaux de remise en état n’ont été entrepris, de sorte qu’elle juge que « le délit, prévu par le 1° de l'article L. 415-3 du code de l'environnement, d'atteinte à la conservation des habitats naturels ou espèces animales non domestiques, en violation des prescriptions prévues par les règlements ou décisions individuelles pris en application de l'article L. 411-2 du même code, peut être consommé par la simple abstention de satisfaire aux dites prescriptions ». 

Avant de conclure sur le fait qu’une faute d'imprudence ou négligence suffit à caractériser l'élément moral du délit.


Lire la décision...

Historique

<< < ... 191 192 193 194 195 196 197 ... > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK