PROCÉDURES COLLECTIVES – Poursuite de la caution personne physique après le jugement d’ouverture de la procédure de redressement : la nécessaire exigibilité de la créance à son égard

PROCÉDURES COLLECTIVES – Poursuite de la caution personne physique après le jugement d’ouverture de la procédure de redressement : la nécessaire exigibilité de la créance à son égard

Publié le : 08/01/2024 08 janvier janv. 01 2024

Cass. com du 13 décembre 2023, n°22-18.460

Lorsque le jugement d’ouverture d’une procédure de sauvegarde ou de redressement judiciaires est prononcé, l’article L.622-28 du Code de commerce prévoit la suspension, « jusqu’au jugement arrêtant le plan ou prononçant la liquidation judiciaire de la société », de « toute action contre les personnes physiques coobligées ou ayant consenti une sûreté personnelle ou ayant affecté ou cédé un bien en garantie ».

Dans ce contexte, la Cour de cassation précise, par une décision du 13 décembre 2023, que le créancier bénéficiaire d’un cautionnement par une personne physique, en garantie de la dette d’un débiteur principal faisant l’objet d’un redressement judiciaire, peut prendre des mesures conservatoires sur le bien de la caution et doit introduire dans le mois de leur exécution une procédure, ou accomplir les formalités nécessaires à l’obtention d’un titre exécutoire couvrant la totalité des sommes dues.

Pour autant, la Cour de cassation précise que si l’obtention de ce titre ne peut être subordonnée à l’exigibilité de la créance envers la caution, le créancier ne peut toutefois la poursuivre qu’à condition que la créance constatée par le titre soit exigible à l’égard de cette dernière.

Lire la décision…
 

Historique

<< < ... 50 51 52 53 54 55 56 ... > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK