RESPONSABILITÉS – La simple action visant à empêcher la vente d’un bien indivis ne constitue pas une procédure abusive

RESPONSABILITÉS – La simple action visant à empêcher la vente d’un bien indivis ne constitue pas une procédure abusive

Publié le : 02/07/2024 02 juillet juil. 07 2024

Cass. civ 1ère du 12 juin 2024, n°21-23.782

Dans le cadre d’une succession, certains héritiers souhaitent aliéner un bien indivis de la succession. Dans son procès-verbal, le notaire constate l’opposition à la vente d’un héritier. Un jugement assorti de l’exécution provisoire autorise la licitation. L’héritier s’y étant opposé assigne alors les acquéreurs en intervention forcée.

L’héritier se voit condamné à payer des dommages-intérêts pour procédure abusive.

Or, si l’article 1240 du Code civil prévoit que « tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer », la défense à une action en justice ne peut, sauf circonstances particulières qu'il appartient au juge de préciser, constituer un abus de droit.

Pour condamner l’héritier, la Cour d'appel retient que son action a uniquement pour but de remettre en cause une vente judiciairement autorisée dans l'intérêt de l'indivision successorale, que ses prétentions sont dénuées de fondement et que sa demande d’insertion de clause d’attribution démontre qu’il poursuit un objectif de se voir attribuer le bien à bas prix tout en ralentissant les opérations successorales.

Or, l’héritier n’est que le défendeur à l’action tendant à autoriser la vente d’un bien indivis, à l’encontre du principe de l’unanimité, et sa demande de clause ne peut caractériser un tel abus dès lors qu’elle avait pour effet de se faire attribuer le bien à un prix que les juges saisis devaient eux-mêmes déterminer.

Lire la décision…
 

Historique

<< < ... 3 4 5 6 7 8 9 ... > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK