Changement de régime matrimonial et dissimulation de l’existence des enfants

Changement de régime matrimonial et dissimulation de l’existence des enfants

Publié le : 16/03/2022 16 mars mars 03 2022

Par défaut de choix préalablement à la célébration du mariage, et notamment par conclusion d’un contrat de mariage devant notaire, les époux sont automatiquement soumis au régime de la communauté réduite aux acquêts, qui leur permet de conserver leurs biens personnels acquis avant le mariage, et de constituer un patrimoine commun par les biens obtenus durant le mariage. 
La modification de ce régime en cours d’union reste possible, mais ne doit pas aller à l’encontre des intérêts de la famille, notamment des enfants qui, lorsqu’ils sont majeurs, bénéficient d’un droit d’opposition. 

Dans une récente décision, la Cour de cassation s’est prononcée quant à la régularité d’une telle modification, en présence d’enfants d’un premier lit. 


Dans les faits en question, des époux mariés sans contrat préalable conviennent en cours d’union, de la signature d'une convention afin d’opter pour le régime de la séparation des biens. Cette convention est homologuée plus de six mois après. 

Au décès de l'époux laissant pour lui succéder son épouse ainsi que deux enfants nés d’une union précédente, ces derniers assignent la veuve en nullité pour fraude de la convention de modification du régime matrimonial, au motif que la convention indiquait expressément que les époux n’avaient pas d’enfants, ce qui était incontestablement inexact. 

Le litige est porté devant la Cour d’appel qui décide que la convention homologuée n’encoure pas la nullité, faute pour les enfants d’apporter la preuve de la fraude de la privation de leurs droits successoraux. 

Les enfants se pourvoient en cassation et soutiennent que la modification du régime matrimonial des époux par l’option du régime de la séparation de bien provoquant l’appauvrissement de l’un des époux au profit de la constitution, par l’autre, d’un patrimoine immobilier propre. En appui à leur demande, les demandeurs soulèvent le constat selon lequel le patrimoine immobilier de l’épouse résultait de l’achat successif de biens dont elle était propriétaire, mais dont le financement avait été permis par le remploi de fonds propres, alors que les charges du mariage avait été assumées par la pension de retraite de leur père. Ainsi, le défunt s’était appauvri en réglant les charges du mariage pour que son épouse se constitue un patrimoine immobilier, lésant ainsi les héritiers par un mécanisme frauduleux visant à ne pas mentionner les enfants dans la convention de modification du régime matrimonial. 

La Cour de cassation rejette leur pourvoi et rappelle que « la dissimulation de l’existence des enfants d’un des époux lors de l’adoption d’un régime de séparation de biens, qui n’induit aucun avantage pour l’un ou l’autre des époux, n’est pas en elle-même constitutive d’une fraude ». En l’espèce, elle ajoute que cette omission peut simplement relever d’une négligence, mais ne manifeste pas obligatoirement une volonté de tromper ou de nuire. Or, dans la requête en homologation de la convention de modification de régime matrimonial, la mention relative aux enfants pouvait être comprise en le sens que les époux n’avaient pas d’enfants communs. 

En ce qu’elle ne comportait aucune clause susceptible de nuire aux héritiers, la convention litigieuse ne pouvait pas être déclarée nulle, faute de preuve. 

Le défaut de preuve est également constaté par la Haute juridiction, qui confirme l’analyse faite de la Cour d’appel, quant au fait qu’à la date du changement de régime matrimonial, le patrimoine du père en instance de préretraite se réduisait à des liquidités dont il avait la libre disposition et son épouse encore en activité salariée, était en mesure de justifier que l’achat du patrimoine immobilier avait été réalisé par réemploi du prix de vente de biens précédents, associés à divers apports ou emprunts personnels. 

Une telle solution semble critiquable au regard de l’article 1397 alinéa 2, qui fait expressément mention, en cas de modification du régime matrimonial, du devoir d’information obligatoire auprès des enfants majeurs de chaque époux. 
Même nés d’une précédente union, les enfants du défunt auraient dû, semble-t-il, être informés de la conclusion d'une telle convention, afin de bénéficier du délai d’opposition de trois mois. 

Ici la Cour de cassation se borne à retenir l’emploi fait par les époux de leurs patrimoines pour relever de l’existence ou non d’une fraude leur portant préjudice. 


ATIAS & ROUSSEAU

Référence de l’arrêt : Cass. civ 1ère 26 janvier 2022 n°20-18.726

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>

Suggestion d'articles

Bail commercial : le défaut de permis de construire du local constitue un manquement à obligation de délivrance

Publié le : 09/08/2022 09 août août 08 2022
Articles / Immobilier
Bail commercial : le défaut de permis de construire du local constitue un manquement à obligation de délivrance
...

Logement social : le bail peut-il être résilié ?

Publié le : 08/08/2022 08 août août 08 2022
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Immobilier
Logement social : le bail peut-il être résilié ?
...

Indemnisation de la perte de chance pour avoir subi une anesthésie générale au lieu d’une anesthésie locale

Publié le : 05/08/2022 05 août août 08 2022
Articles / Divers
Indemnisation de la perte de chance pour avoir subi une anesthésie générale au lieu d’une anesthésie locale
...
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK