Le sort de la pension de réversion en cas de mariage putatif

Le sort de la pension de réversion en cas de mariage putatif

Publié le : 07/02/2022 07 février févr. 02 2022

L’article 147 du Code civil interdit la bigamie en France, c’est-à-dire le fait pour une personne de contracter un second mariage, avant que le premier ne soit dissous. 
Le non-respect de ce principe fondamental constitue une cause de nullité absolue et le mariage est réputé comme n’ayant jamais eu lieu, supprimant à la fois liens d'alliance et avantages tirés du régime matrimonial. 
Toutefois, lorsque l’un des époux a contracté le mariage de bonne foi, ignorant le fait que son conjoint était déjà marié, le mariage peut être qualifié de putatif, produisant alors ses effets uniquement au bénéfice de l’époux de bonne foi. 

Récemment, la Cour de cassation a dû statuer sur le sort de la pension de réversion et son mode de répartition, dans le cadre d’un mariage putatif. 


Dans les faits, le mariage d’un couple est annulé pour cause de bigamie de l’époux, mais reconnu comme putatif au profit de l’épouse, laquelle demande au décès de Monsieur, le bénéfice d’une pension de réversion
La Caisse nationale d’assurance vieillesse refuse sa demande. 
La juridiction de sécurité sociale saisie fait droit à la demande de la veuve, mais le mode de répartition de la pension est revu par la Cour d’appel. 
La juridiction de second degré qui constate que le premier mariage a duré 229 mois et le second 136 mois, précise que pour la période de 136 mois pendant laquelle les deux épouses étaient toutes deux mariées au défunt, chacune pouvait prétendre, en l’absence de texte légal ou convention internationale proposant une clé de répartition, à la moitié de cette période, du fait du principe d’égalité. Soit 68 mois chacune. 

Auprès de la Cour de cassation, la demanderesse fait valoir qu’en cas de mariage d’un assuré, suivi d’un second mariage nul mais déclaré putatif à l’égard de la seconde épouse, celle-ci a la qualité de conjoint survivant au sens des dispositions du Code de la sécurité sociale. 

Reprenant justement les articles régissant le versement de la pension de réversion, ajouté à l’article 201 du Code civil disposant que « le mariage qui a été déclaré nul produit, néanmoins, ses effets à l'égard des époux, lorsqu'il a été contracté de bonne foi » et que « Si la bonne foi n'existe que de la part de l'un des époux, le mariage ne produit ses effets qu'en faveur de cet époux », la Cour de cassation rend une décision relativement simple et fait droit à la demande de la seconde épouse lui accordant 37,26 % de la pension de réversion de l’assuré, soit 136 mois (la durée totale du mariage) sur 365 mois. 

La Haute juridiction retient qu’il convient de « déterminer les droits des conjoints survivants à la pension de réversion ouverts du chef de l’assuré décédé en fonction de la durée totale des mariages, peu important que leurs durées se chevauchent et de les partager au prorata de la durée respective de chaque mariage ». 

Par conséquent, concernant le mariage réputé putatif, les mêmes règles de partage que celles applicables au divorce doivent être retenues au bénéfice du conjoint de bonne foi, par un calcul au prorata de la durée respective de chaque mariage. 


ATIAS ROUSSEAU

Référence de l’arrêt : Cass. civ 2ème 21 octobre 2021 n°20-17.462

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>

Suggestion d'articles

Bail commercial : le défaut de permis de construire du local constitue un manquement à obligation de délivrance

Publié le : 09/08/2022 09 août août 08 2022
Articles / Immobilier
Bail commercial : le défaut de permis de construire du local constitue un manquement à obligation de délivrance
...

Logement social : le bail peut-il être résilié ?

Publié le : 08/08/2022 08 août août 08 2022
Fiches pratiques
Fiches pratiques / Immobilier
Logement social : le bail peut-il être résilié ?
...

Indemnisation de la perte de chance pour avoir subi une anesthésie générale au lieu d’une anesthésie locale

Publié le : 05/08/2022 05 août août 08 2022
Articles / Divers
Indemnisation de la perte de chance pour avoir subi une anesthésie générale au lieu d’une anesthésie locale
...
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK