Prêt immobilier et exigibilité du capital restant dû en cas de décès de l'emprunteur

Prêt immobilier et exigibilité du capital restant dû en cas de décès de l'emprunteur

Publié le : 06/01/2022 06 janvier janv. 01 2022

Les crédits immobiliers sont régulièrement souscrits accompagnés d’une assurance emprunteur, laquelle prévoit normalement une garantie décès qui protégera les héritiers de l’emprunteur et couvrira le solde restant du prêt souscrit. 
Toutefois, cette garantie, bien que recommandée, voire parfois exigée par les banques, est facultative et peut n’être que partielle. Se pose donc pour les héritiers du défunt le problème d’avoir à rembourser le capital emprunté et non couvert par l’assurance. 

En octobre dernier, la Cour de cassation a sur ce sujet, été saisie d’un litige lié à la prescription de l’action d’une banque dans le cadre d’une saisie-vente pour recouvrer sa créance, dont il a fallu pour la Haute juridiction trancher quant au fait de savoir si le décès de l’emprunteur constituait l’événement à date duquel la créance devenait exigible. 

En l’espèce, l’emprunteur de deux prêts immobiliers souscrits en 2006 auprès d’une banque, décède en 2015 et son assurance prend en charge une partie seulement du solde restant dû des prêts. 
La banque, après avoir mis en demeure en vain les héritiers du défunt emprunteur de régler le solde dû après paiement de l’assurance, prononce la déchéance du terme des prêts en 2017, et fait délivrer un commandement de payer aux fins de saisie-vente en 2018. Les héritiers assignent alors la banque devant le juge de l'exécution pour obtenir la mainlevée de la mesure de saisie, et que soit jugée prescrite l'action de la banque.

La Cour d’appel considérant que la mort de l’emprunteur entraînait l’exigibilité du solde restant dû, déclare prescrite la créance de la banque et donc sa demande irrecevable. Pour fonder sa décision, la Cour rappelle que « l'action des professionnels, pour les biens ou les services qu'ils fournissent aux consommateurs, se prescrit par deux ans à compter du jour où le titulaire a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant d'exercer son action ; que l'action en paiement du capital d'un contrat de prêt restant dû se prescrit à compter de la déchéance du terme, qui emporte son exigibilité, sauf impossibilité d'agir du prêteur ». Les juges du fond ont considéré que le décès de l'emprunteur avait de facto rendu la créance exigible et que le délai de prescription avait commencé à courir le 2 décembre 2015, date à laquelle la banque a eu connaissance de l'identité des héritiers, alors que la banque qui contestait cette décision soutenait que seule la déchéance du terme avait rendu la créance exigible et permis au prêteur d'agir

La Cour de cassation devant qui le litige est porté accueille le bien-fondé de ce moyen, casse et annule la décision de la juridiction de second degré, sur le fondement des articles L 218-2 du Code de la consommation, 2224 et 2233 du Code civil et retient l’attendu suivant : 

« Il résulte de ces textes qu'à l'égard d'une dette payable par termes successifs, la prescription se divise comme la dette elle-même et court à l'égard de chacune de ses fractions à compter de son échéance, de sorte que, si l'action en paiement des mensualités impayées se prescrit à compter de leurs dates d'échéance successives, l'action en paiement du capital restant dû se prescrit à compter de la déchéance du terme, qui emporte son exigibilité, y compris en cas de décès de l'emprunteur ». 

Ainsi la Cour de Cassation rappelle que seule la déchéance du terme rend exigible la créance au titre du capital restant dû, la Cour d’appel qui a retenu comme point de départ du délai de prescription la date à laquelle le prêteur a eu connaissance de l'identité des héritiers de l'emprunteur, a violé les dispositions précitées. 

À la question de savoir si la mort de l’emprunteur a pour conséquence l’exigibilité immédiate du capital restant dû, la Cour de cassation répond par la négative, et rappelle que seule la déchéance du terme entraîne cette exigibilité et fait par conséquent courir le délai de prescription. 


GOUT DIAS Avocats Associés

Référence de l’arrêt : Cass. civ 1ère 20 octobre 2020 n°20-13.661

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>

Suggestion d'articles

Accident de la route, indemnisation, et jeux olympiques

Publié le : 29/09/2022 29 septembre sept. 09 2022
Articles / Divers
Accident de la route, indemnisation, et jeux olympiques
...

Le calcul de la plus-value immobilière

Publié le : 28/09/2022 28 septembre sept. 09 2022
Legal Design
Le calcul de la plus-value immobilière
...

Le permis étranger prévaut-il en cas d'annulation du permis de conduire français ?

Publié le : 27/09/2022 27 septembre sept. 09 2022
Articles / Pénal
Le permis étranger prévaut-il en cas d'annulation du permis de conduire français ?
...
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK